Vers une extension du tarif social face à l’envolée des prix de l’énergie ?

La ministre de l’Energie Tinne Van Der Straeten (Groen) a plaidé ce lundi soir pour une extension du tarif social pour les bas revenus.

Pourquoi est-ce important ?

Face à la flambée des prix sur le marché de gros, le régulateur énergétique (CREG) a calculé qu'un ménage moyen va dépenser 1.000 euros par an pour l'électricité et 1.600 euros par an pour le gaz. Cela représenterait un surcoût de 133 euros (+84 euros pour le gaz, et +49 euros pour l’électricité).

Les prix du gaz et de l’électricité s’envolent, et c’est parti pour durer. C’est pourquoi la ministre Van der Straeten a plaidé ce lundi soir dans l’émission Terzake pour une prolongation du tarif social qui bénécie aux bas revenus. L’année dernière, le gouvernement fédéral avait décidé d’étendre ce tarif à des millions de ménages pour réduire leur facture d’électricité. Or, cette mesure doit normalement prendre fin en fin d’année.

L’Espagne agit

La flambée des prix touche toute l’Europe. En Espagne, le Premier ministre Pedro Sánchez vient d’annoncer une réduction de la taxation sur les factures d’électricité (une taxe spéciale sur l’électricité passe de 5,1% à 0,5%). Il s’agit d’une deuxième réduction en quelques mois.

Le débat est également intense en Belgique à l’heure où la coalition fédérale entend fermer ses réacteurs nucléaires. Pour rappel, il est prévu de compenser cette sortie, au moins provisoirement, par la construction de plusieurs centrales à gaz. Le gouvernement se laisse toutefois une porte de sortie en se donnant la possibilité de prolonger deux réacteurs nucléaires s’il apparait que l’approvisionnement ou les prix soient trop impactés.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés