Vaccin: AstraZeneca vise les 30 millions de doses d’ici septembre

Isopix

Le géant pharmaceutique britanno-suédois AstraZeneca ambitionne de distribuer 30 millions de doses de son futur vaccin contre le Covid-19 d’ici le mois de septembre, selon le gouvernement britannique.

Le vaccin a été développé à l’université d’Oxford. Si les derniers essais cliniques du vaccin montrent qu’il fonctionne, la Grande-Bretagne sera le premier pays à y avoir accès, rapporte le gouvernement britannique.

Accord avec AstraZeneca

En avril, Downing Street a annoncé un accord avec AstraZeneca pour produire et distribuer le vaccin à l’échelle mondiale. Après cette annonce, le géant pharmaceutique a déclaré qu’il connaîtrait les résultats des essais cliniques d’ici juillet. Ces tests ont débuté le 24 avril.

La plupart des experts s’accordent à dire que la mise au point d’un bon vaccin prendra entre 12 et 18 mois.

Celui qui investit récolte les lauriers?

Le gouvernement britannique a investi 65 millions de livres, soit environ 73 millions d’euros, dans le projet. Cela permettrait à AstraZeneca de fabriquer environ 30 millions de doses. Au total, la société doit fournir 100 millions de vaccins à la Grande-Bretagne.

La course au vaccin commence à prendre des proportions pour le moins épiques. Certains pays considèrent cette ruée comme une véritable course aux armements, alors que les experts avertissent que le renforcement de la coopération internationale permettrait de mettre au point un vaccin plus rapidement.

Sanofi

En Allemagne et en France, des voix s’élèvent pour que la distribution uniforme du vaccin soit une priorité absolue. Aucun pays ne devrait bénéficier d’un traitement préférentiel, a déclaré le Premier ministre français Edouard Philippe. Cette annonce a été faite après une déclaration choc du CEO de Sanofi, Paul Hudson. Il a indiqué que la société française fournirait les États-Unis en premier, le pays ayant fait le plus gros investissement. Il n’en fallait pas plus pour créer le scandale. L’entreprise a depuis fait marche arrière, mais le débat n’est pas clos.

En ce qui concerne AstraZeneca, la firme a répondu dimanche aux inquiétudes concernant la distribution des vaccins. Le CEO Pascal Soriot a assuré que des accords parallèles sont conclus avec d’autres pays, ‘afin que le vaccin puisse être déployé de la même manière dans le monde entier’.

Lire aussi: