Une courte accalmie: les bourses replongent, du Bel 20 à Wall Street

Isopix

L’optimisme aura été de courte durée: les marchés boursiers européens et américains repartaient à la baisse mardi après-midi après avoir tenté un rebond précaire, au lendemain de la pire séance depuis la crise de 2008, qui a entamé la confiance des investisseurs.

En milieu d’après-midi, plusieurs Bourses européennes viraient en territoire négatif après avoir tenté un rebond technique évanescent au lendemain de leur débâcle. Paris se repliait (-1,28%), au même titre que Londres (-0,34%), Francfort (-0,24%), Madrid (-1,63%) et Milan (-2,21%). A Wall Street, l’indice Dow Jones Industrial Average, passait lui aussi dans le rouge, cédant 0,04%.

Le revirement s’est produit en fin de séance européenne alors que les marchés semblaient soulagés ce matin par la remontée des prix du pétrole et par des espoirs de mesures budgétaires pour lutter contre le coronavirus. Les Bourses asiatiques avaient même relevé un peu la tête.

« Ce ne sont pas quelques petites annonces un peu incertaines sur un stimulus de Trump ou de la Banque centrale européenne qui va redonner confiance dans l’avenir aussi vite », indique à l’AFP Mikaël Jakoby, responsable du courtage Europe continentale chez Oddo Securities. « Il y a énormément de points d’interrogation et on est toujours dans la phase ascendante de malades du coronavirus. »

La forte remontée du cours du pétrole, d’environ 8% pour le brut américain et le Brent, n’a pas suffi à rassurer les marchés. Seules les places financières des Etats pétroliers du Golfe ont fortement rebondi mardi, après deux jours de pertes massives.

Le Bel 20 suit

L’indice BEL 20, qui avait perdu 11,7 pc en trois séances, devait rebondir mardi matin à l’instar de ses voisins européens. A la mi-journée, il avait porté son regain à 5,35 pc avant d’effacer progressivement celui-ci, repasser de 1,13 pc dans le rouge vers seize heures et confirmer finalement un nouveau recul de 0,61 pc à 3.155,60 points avec 15 de ses éléments dans le rouge.