Trois pays sont déjà en défaut de dette, et de nombreux autres risquent de suivre…

Un manifestant devant le Congrès argentin, en décembre 2019. – Fotoarena/Sipa USA/ISOPIX

L’Argentine, l’Équateur et le Liban ont déjà dû annoncer un défaut souverain pour cette année. Le record de 2017 est égalé. Mais d’autres suivront, prévient l’agence de notation Fitch.

Fitch a déjà baissé la note de 29 pays depuis le début de l’année. Cela signifie que la confiance dans les capacités de ces pays à rembourser leur dette se dégrade.

Trois pays sont d’ailleurs déjà incapables de le faire: l’Argentine, l’Equateur et le Liban. Mais comme nous ne sommes qu’en mai, il est fort possible que d’autres pays viennent s’ajouter à cette liste peu rassurante.

Actuellement, 5 pays sont considérés comme hautement vulnérables: le Gabon, le Suriname, le Mozambique, la République démocratique du Congo et la Zambie. En outre, le Salvador, l’Irak et le Sri Lanka sont à risque.

Selon l’agence Fitch, il est rare que des pays considérés comme ‘hautement vulnérable’, c’est-à-dire ceux qui ont une cotation en dessous de CCC+, ne soient pas en défaut de dette à la fin de l’année. 2020 risque donc de compter 11 pays avec un défaut souverain.

La faute au coronavirus

La santé financière de ces pays n’étaient pas au beau fixe avant la crise du coronavirus, mais pour beaucoup, elle est responsable de sa détérioration. Les pays qui dépendent du tourisme, de l’exportation de pétrole et de matières premières vont ressentir les effets financiers de la crise, même s’ils sont relativement épargnés pas la pandémie.

Les pays qui ont dû faire face à une crise sanitaire vont voir leur PIB baisser et leurs dépenses augmenter. La France et la Belgique en font d’ailleurs l’expérience. Les perspectives pour les deux pays sont passés de ‘stables’ à ‘négatives’. Toutefois leur note n’a pas encore été abaissée, elle reste à AA, car les banques sont considérées comme assez solides pour survivre au choc.