Trois mois après son introduction, Israël n’a déjà plus besoin du passeport vaccinal

Ce mardi, les Israéliens ont pu supprimer leur passeport vaccinal de leur téléphone. Ils n’en auront plus besoin pour accéder aux bars, aller au cinéma ou encore à la salle de sport. Près de 60% de la population est totalement vaccinée et l’épidémie dans le pays semble progressivement disparaitre.

Israël a été le premier pays à proposer un ‘passeport vert’ à ses citoyens totalement vaccinés. Si aujourd’hui, la plupart des pays en ont créé un ou pensent à le faire, à l’époque, ce certificat sanitaire n’était pas du tout bien vu. Nombreux étaient ceux qui considéraient que ce passeport allait à l’encontre de la liberté de se faire vacciner ou non, en interdisant la vie publique aux personnes opposées aux vaccins.

Dans les faits, les certificats, lancés réellement début mars, lorsque les premiers Israéliens ont reçu leur deuxième dose du vaccin, ont permis de rouvrir l’économie. Les établissements fermés depuis des mois ont seulement pu rouvrir leurs portes à quelques privilégiés. Ensuite, voyant que la situation sanitaire s’améliorait dans le pays, le passeport était de moins en moins demandé. Même les enfants, qui n’étaient initialement pas inclus dans le programme de vaccination et qui n’avaient donc pas de passeport, étaient acceptés.

Passeport abandonné

Le 1er juin a donc été la date de l’abandon du passeport vert, ainsi que des restrictions encore en place sur l’économie. Et pour cause, la pandémie de covid-19 s’est pratiquement éteinte dans le pays. Dimanche 30 mai, sur les 21.000 tests effectués, seuls 4 cas ont été détectés. En outre, moins de 100 personnes sont encore hospitalisées pour une infection à coronavirus.

La vie est donc revenue à la normale en Israël, ou presque. Le tourisme est encore interdit, à l’exception de petits groupes de privilégiés. Le masque est également toujours obligatoire dans certains lieux publics tels que les magasins. Mais comme aux États-Unis, l’État pense à laisser tomber cette obligation dans les prochains jours.

Les leçons du passeport

De nombreux pays sont désormais passés au certificat vert et plusieurs, dont la Belgique, pensent à l’instaurer. Alors quelles leçons peuvent-ils tirer de l’expérience israélienne?

  • Le passeport n’est pas une forme de contrôle social. Nombreux étaient ceux qui craignaient que ce certificat se prolonge indéfiniment pour réguler la population. L’expérience israélienne montre qu’une fois qu’il n’est plus nécessaire, il est tout simplement abandonné.
  • Cela fonctionne pour rouvrir l’économie. Les bars, restaurants, cinémas et autres établissements autorisés ont pu glaner des revenus supplémentaires bien utiles. Toutefois, dans les pays où l’économie a déjà rouvert, imposer un tel certificat pourrait être pris comme une limitation imposée aux non-vaccinés.
  • En Israël, le passeport a été lancé quand toute la population a pu avoir accès à la vaccination. Cela signifie que toutes les personnes qui acceptaient d’être vaccinées pouvaient y avoir accès. Dans d’autres pays, ce certificat pourrait être lancé avant que tout le monde n’ait pu avoir accès à la vaccination, ce qui pourrait créer des frustrations, notamment chez les jeunes, qui sont les derniers à avoir accès au vaccin.

La situation israélienne est de fait très différente de celles d’autres pays. Mais elle donne l’espoir qu’un retour à la normale est possible.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20