Que pourront faire (ou ne pas faire) les Israéliens vaccinés grâce à leur ‘passeport vert’?

Een mondmasker aan de Al-Aqsamoskee in Jeruzalem – Isopix

Israël déploie en ce moment la campagne de vaccination contre le Covid-19 la plus rapide du monde. En complément de celle-ci, les Israéliens vaccinés recevront prochainement un ‘passeport vert’ attestant de leur protection contre le virus. Voici ce que ce document controversé leur permettra de faire.

En moins d’un mois, l’État hébreux est déjà parvenu à administrer une première dose du vaccin Pfizer/BioNTech à 20% de sa population, qui compte quelque 9 millions d’habitants. L’objectif du ministère de la Santé est de réussir à vacciner 5,2 millions de personnes d’ici le mois de mars.

Mais tout n’est pas rose non plus en Israël. Malgré une campagne de vaccination menée au pas de charge, le gouvernement a été contraint de mettre en place un troisième lockdown afin de tenter d’enrayer l’épidémie de Covid-19. Cela n’a pas empêché le pays d’enregistrer mercredi un nombre record de nouvelles infections. Selon le décompte de l’Université américaine Johns Hopkins, le bilan israélien est désormais de 523.885 cas confirmés et 3.846 décès.

Une plus grande liberté

C’est dans ce contexte que les autorités entendent délivrer prochainement des ‘passeports verts’, même si aucune date n’a encore été arrêtée pour leur lancement. ‘Le ministère de la santé délivrera le certificat de vaccination après l’injection de la deuxième dose’ du vaccin contre le Covid-19, a fait savoir cette semaine le ministère en question sur son site Internet. Celui-ci ‘prendra effet 7 jours plus tard, sans compter le jour de l’administration du vaccin’.

Les titulaires de ce document bénéficieront d’une plus grande liberté par rapport aux autres citoyens, dans un contexte de fortes restrictions:

  • Ils ne devront pas s’isoler après avoir été en contact avec une personne infectée.
  • Ils ne devront pas s’isoler au retour d’un voyage international dans une ‘zone rouge’.
  • Ils ne devront plus se faire tester avant d’entrer dans certaines zones touristiques, appelées ‘îles vertes’.

Un système controversé

Mais le système des ‘passeports verts’ est toutefois loin de faire l’unanimité. Au-delà des questions éthiques, il n’existe toujours aucune preuve que les vaccins empêchent une personne vaccinée d’infecter une autre personne non vaccinée. La grande crainte étant que les personnes vaccinées se transforment en ‘super-contaminateurs’.

Pour pallier à cette inconnue, les autorités israéliennes ont toutefois décrété que les titulaires d’un ‘passeport vert’ devront continuer à respecter un certain nombre de gestes barrières:

  • Porter un masque en public.
  • Maintenir une distanciation sociale de deux mètres.
  • Éviter les rassemblements.
  • Etc.

Lire aussi: