Trafic d’enfants, Hilary Clinton et QAnon: la théorie du complot liée au blocage du canal de Suez

(Foto: Suez Canal Authority via AP)

Cela va bientôt faire deux semaines que le cargo Ever Given s’est échoué dans le canal de Suez. Depuis, la circulation a repris et plus aucun embouteillage ne bloque ce chemin maritime si fréquenté. Mais pour de nombreuses personnes, l’Ever Given n’est pas un simple bateau de transport maritime. Une théorie du complot, diffusée par QAnon et accusant Hilary Clinton de trafic d’enfants, fait désormais le tour des réseaux sociaux.

Le groupe QAnon a encore frappé. Cette communauté pro-Trump croit que les démocrates et en particulier les Clinton sont des satanistes et des pédophiles. Pour cette organisation, le blocage du canal de Suez n’était pas un simple accident. Les membres de QAnon pensent que le cargo participait à une traite d’êtres humains – et plus particulièrement un commerce d’enfants – organisée par la Fondation Clinton. L’échouement de l’Ever Given aurait, selon eux, permis de sauver les enfants.

Comment ont-ils relié cet événement à l’ancienne candidate à la présidentielle ? Tout d’abord par le nom de l’entreprise qui gère le bateau, Evergreen. Il s’agit, par simple coïncidence, du nom de code utilisé par Hilary Clinton dans l’administration américaine lorsque son mari était au pouvoir. Autre point qui interpelle le groupe complotiste : l’indicatif radio du bateau, H3RC, soit très proche des initiales de Hilary Rodham Clinton. Et pour couronner le tout, cette théorie du complot utilise un épisode de la série Dexter où le personnage principal libère un enfant d’un conteneur estampillé Evergreen. L’épisode date de 2006.

Les faits derrière la théorie

Tous ces points ne sont que des coïncidences. Tout d’abord, expliquons d’où vient ce navire. L’Ever Given appartient à une société japonaise, Shoei Kisen. La compagnie Evergreen est taïwanaise et est l’opérateur commercial du bateau. Enfin, l’entreprise Bernhard Schulte Shipmanagement s’occupe de la maintenance quotidienne du bateau.

Les trois entreprises ont assuré à l’AFP qu’il n’y avait pas de trafic d’enfants sur ce bateau. La déclaration de Bernhard Schulte Shipmanagement assure que ce n’est tout simplement pas possible : ‘L’Ever Given fait de fréquentes escales au port et dans chaque port, un grand nombre de débardeurs montent à bord et se déplacent librement autour du navire pour aider à retirer et à ranger la cargaison. Tous les navires de commerce reçoivent régulièrement des inspections inopinées de contrôle par l’État du port par des inspecteurs qui ont accès à toutes les zones du navire’.

Les organisations de lutte contre la traite d’êtres humains assurent également ne pas avoir de dossier sur l’Ever Given ou Evergreen. ‘Nous n’avons connaissance d’aucune information qui pourrait étayer leurs allégations concernant le trafic’, a déclaré l’Organisation maritime internationale (OMI) qui vise à améliorer la sureté du commerce maritime. L’Immigration and Customs Enforcement et Polaris, deux organisations de surveillance des migrations illégales et du trafic d’êtres humains ont affirmé n’avoir aucun rapport sur ce bateau.

Enfin, la principale concernée, la Fondation Clinton a déclaré ne posséder aucun cargo.

En ce qui concerne le code radio, H3 est simplement l’indicatif de Panama où est enregistré le bateau. Les deux autres lettres ont été désignées par l’Union internationale des télécommunications, située à Genève et qui travaille pour l’ONU.

En savoir plus: