Top Tier Access : un accès facile au private equity

Écrit avec la contribution de Top Tier Access.

Pendant longtemps, le capital-investissement a été réservé à un groupe restreint d’investisseurs extrêmement fortunés. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et des acteurs comme le belge Top Tier Access ont démocratisé ce segment de marché. Le groupe vient de lancer son deuxième fonds de fonds (FoF), Buyout Fonds II.

L’occasion de passer sur le grill de nos questions Sam Desimpel, Managing Partner de Top Tier Access.

Quelles sont les activités de Top Tier Access ?

Sam Desimpel : Nous sommes un point de ralliement pour les investisseurs belges fortunés qui souhaitent investir dans le capital-investissement, mais qui n’ont pas suffisamment de poids pour accéder aux grands fonds du secteur. Nous le faisons à la fois dans des fonds de rachat (buyout) et de capital-risque (venture capital), mais notre nouveau fonds, pour lequel nous levons un important montant, est principalement axé sur les rachats. Grâce à notre structure de pricaf privée belge, nous pouvons le faire à moindre coût.

Comment fonctionne le processus d’investissement ?

Sam Desimpel : Notre équipe analyse environ 250 fonds de private equity par an. Nous avons des critères stricts en termes d’antécédents, de taille et de secteurs dans lesquels ils doivent être actifs. La moitié d’entre eux est classée assez rapidement. Nous effectuons des recherches plus approfondies sur une trentaine de fonds, pour aboutir à 8 fonds dans lesquels nous investissons sur une période de deux ans. Une fois que vous avez investi dans un fonds, vous obtenez toutes les informations dont vous avez besoin. Et ces informations sont tout aussi complètes que celles des sociétés cotées. Il y a beaucoup de transparence vis-à-vis des investisseurs et ce n’est pas surprenant car de nombreux investisseurs sont des fonds de pension, par exemple américains, suédois ou néerlandais, qui exigent une transparence totale.

Dans quelle mesure le portefeuille est-il diversifié et que contient-il ?

Sam Desimpel : Avec notre premier fonds de fonds, comme je l’ai dit, l’objectif est d’investir dans 8 fonds. Aujourd’hui, nous en avons déjà 7. Et par fonds, nous investissons dans 10 à 15 entreprises, de sorte que nous investirons bientôt dans 80 à 120 entreprises au total. Les logiciels et les télécommunications constituent un secteur important, représentant environ 30 % du portefeuille, tandis que les opérateurs de cliniques de toutes sortes et les fournisseurs de services de santé, qui déchargent les grandes entreprises pharmaceutiques de certaines tâches, occupent également une place importante. Environ 20 % sont des services B2B, un segment diversifié allant des services financiers aux entreprises de nettoyage. Les industriels « intelligents », qui sont actifs dans certaines niches, sont également importants dans le fonds. Par exemple, nous avons CeramTec en portefeuille, une entreprise qui fabrique des dents en céramique et des prothèses de genou. Et le dernier segment dans lequel nous investissons est le secteur de la consommation, avec un accent sur le nouveau consommateur qui pense plus local, éthique et bio.

Vous venez de lancer votre deuxième fonds de fonds (FoF), le Buyout Fund II. Comment cela fonctionne-t-il en pratique ?

Sam Desimpel : Nous allons bientôt passer chez le notaire donc nous n’avons encore rien investi. Mais nous savons ce que nous cherchons et nous avons déjà parlé à un certain nombre de gestionnaires de fonds. Une fois les fonds réunis, et après approbation par notre comité d’investissement, nous savons quoi faire. Nous avons déjà collecté 45 millions d’euros mais nous voulons lever au moins 100 millions d’euros. À titre de comparaison, avec notre premier fonds, nous avons levé 40 millions d’euros.

Quel est l’ordre de grandeur d’un investissement ?

Sam Desimpel : Dans notre précédent fonds de fonds, nous avons investi un minimum de 5 millions d’euros par participation. Nous avons estimé que c’était le strict minimum. Avec notre deuxième FoF, le montant sera un peu plus important : nous espérons investir de 10 à 15 millions d’euros par fonds. Il est vrai qu’il n’est pas aisé d’accéder aux bons fonds. L’avantage concurrentiel que nous avons est que de nombreux fonds ont un angle mort en Belgique : ils n’y ont pas d’investisseurs et n’ont donc qu’une faible vision du marché. Nous nous présentons comme un groupe d’investisseurs belges via lequel ils peuvent mieux connaître le marché. En d’autres termes, nous offrons non seulement de l’argent mais aussi notre réseau. Le deuxième argument en notre faveur est que ces fonds se rendent compte que les investisseurs du type family office ou fonds de pension, vont et viennent. De nombreux fonds estiment qu’il est important que de nouveaux joueurs arrivent, puissent grandir avec le temps et participer aussi.

En ce sens, nous nous développons également dans les fonds sous-jacents. Lorsque des fonds performants comme EQT, CVC, Insight Partners, Vista et d’autres reviennent sur le marché, ils lèvent souvent quelques milliards d’euros de plus que leur fonds précédent.

Le nouveau fonds se concentre sur le rachat d’entreprises. Est-ce que cela correspond bien au marché ?

Sam Desimpel : Absolument, et il y a plusieurs raisons à cela. La première est que le buyout est considéré comme un investissement plus prudent que le capital-risque (VC). La perception est qu’il y a plus d’entreprises rentables en buyout qu’en VC. Si le choix doit être fait, la plupart des investisseurs optent pour la première solution. De plus, le rachat d’entreprise n’est certainement pas ennuyeux ni statique. De nombreux secteurs du buyout ont aujourd’hui le vent en poupe pour des raisons démographiques ou autres. Le secteur des soins aux animaux est un bon exemple. Les logiciels d’entreprise font également partie de cette liste. C’était déjà une tendance pendant la pandémie et l’inflation pourrait la renforcer. Avec des salaires plus élevés, l’efficacité doit être au rendez-vous et les logiciels y contribuent. Les services B2B sont également une tendance lourde : autrefois, une entreprise s’occupait de tout. Aujourd’hui, le nouveau mantra est le suivant : si vous voulez rester compétitif, vous devez vous concentrer sur vos tâches essentielles et confier le reste à des partenaires fiables. En ce sens, le rachat d’entreprise n’est pas ennuyeux ou opportuniste comme il l’était auparavant, il est véritablement stratégique.

Comment vous est venue l’idée de créer Top Tier Access ?

Sam Desimpel : Avant de fonder TTA, j’avais une entreprise qui réunissait des personnes lors de tables rondes et de conférences sur les investissements. Et j’avais construit un bon réseau. À un certain moment, des personnes de ce réseau m’ont demandé si je pouvais leur donner accès à des acteurs du private equity comme CVC, EQT, etc. En tant qu’entrepreneur, vous devez écouter le marché. Et cela s’est avéré possible à des prix intéressants. C’est à ce moment-là que l’ATC a réellement commencé.

Vous insistez souvent sur la structure à faible coût de vos fonds, comme au début de cette conversation. Comment y parvenez-vous ?

Sam Desimpel : Nous avons un peu la même mentalité que Colruyt. La qualité ne doit pas toujours être extrêmement coûteuse. D’une part, nous maîtrisons les frais généraux de fonctionnement. Cela ne serait pas possible au Luxembourg ou en Suisse, étant donné le coût des avocats, de l’audit et de la comptabilité dans ces pays. Nous payons correctement nos avocats et nos comptables, mais cela reste raisonnable. En outre, nous travaillons aujourd’hui avec 2,5 personnes à temps plein pour tout faire, même si nous envisageons de nous agrandir. Nous nous rémunérons également comme des entrepreneurs, et non comme des banquiers. Et nous ne consacrons pas trop de temps à la collecte de fonds, ce qui est un avantage concurrentiel. Les fonds de fonds coûteux ont besoin d’une armée de personnes pour les vendre. Nous voulons un produit qui se vend tout seul.

Pourquoi avez-vous choisi une structure de pricaf privée ?

Sam Desimpel : Par le passé, cette structure était plus adaptée à la prise de participations minoritaires dans des entreprises privées. Cela ne convenait qu’aux fonds de capital-risque et de biotechnologie. Et les investisseurs belges n’étaient pas ravis de cela. À un certain moment, l’industrie a demandé d’élargir le concept de pricaf privée afin que des participations majoritaires puissent également être prises et investies dans d’autres fonds. Il n’est pas surprenant que le nombre de pricafs privées augmente.

À quoi ressemble votre clientèle ?

Sam Desimpel : Je dois naturellement rester discret, vous le comprenez. Nos clients sont souvent des familles ou des personnes qui possèdent leur propre entreprise, généralement dans le domaine de la fabrication. Des entreprises familiales stables qui génèrent un bon flux de trésorerie et dont les propriétaires, qui n’ont généralement pas un mode de vie dispendieux, veulent faire travailler cet argent pour la génération suivante. Nous avons également un certain nombre d’entrepreneurs indépendants qui sont ouverts au private equity, ainsi que des personnes qui ont vendu leur entreprise à des fonds de private equity, et qui connaissent donc les ficelles du métier. Ils sont enthousiastes à l’idée de participer parce qu’ils voient la valeur ajoutée que ces fonds peuvent offrir. Et il y a aussi des personnes issues du monde du private equity, comme des gestionnaires de fonds.

Quel est le montant minimum pour entrer dans votre fonds et combien de temps les investisseurs restent-ils dans vos fonds ?

Sam Desimpel : Nous souhaitons qu’ils investissent au moins un demi-million d’euros dans notre fonds. Nous ne sommes pas opposés aux petits tickets par principe. Cependant, le problème est qu’une pricaf privée ne peut admettre qu’environ 150 investisseurs. Nous faisons également comprendre aux clients qu’il s’agit d’un investissement à long terme. En général, vous commencez à récupérer votre argent après 6 à 8 ans. Au début, le client ne doit pas verser la totalité du montant mais seulement 20 % du capital engagé par an. En d’autres termes, l’investissement est réparti sur cinq ans. Il doit clairement s’agir d’argent dont les clients n’auront pas besoin au cours des deux ou trois prochaines années.

Nous agissons au nom d’un groupe et nous ne pouvons pas libérer de l’argent du fonds parce qu’un investisseur en aurait besoin de façon urgente. Nos statuts prévoient que les investisseurs peuvent racheter les fonds des autres si nécessaire. Cependant, il est clair pour tout le monde que nous parlons d’un investissement illiquide à long terme et tout le monde est bien conscient de la planification des liquidités. Pour la plupart des gens, c’est un soulagement.

Quelles sont les ambitions de Top Tier Access ?

Sam Desimpel : Nous avons surtout une ambition qualitative : nous voulons devenir le meilleur acteur du private equity au Benelux. Cela ne signifie pas que nous voulons devenir les plus grands ou avoir des milliards sous gestion. Notre objectif est d’obtenir la bonne taille pour pouvoir émettre de bons tickets et rester intéressant pour les gestionnaires de private equity. En outre, nous voulons nous concentrer fortement sur la communauté et sur le rapprochement des investisseurs. Dans ce domaine également, le marché présente une énorme lacune.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20