« Taxez les voyages en jet privé des super-riches, cela rapportera plus d’un milliard pour financer les transports publics »

2022 a vu de lourdes critiques s’abattre sur les voyages en jet privé que se permettent quotidiennement les personnes les plus riches de ce monde. Un groupe de défense des transports en commun va désormais plus loin, en réclamant une taxe spécifique sur ces trajets.

Pourquoi est-ce important ?

Avec la crise climatique et la lutte contre les émissions causées par les moyens de transport les plus polluants, les critiques contre les jets privés se font de plus en plus acerbes. L'opinion publique y a été d'autant plus sensibilisée cette année avec le succès des trackers de jet privé, qui ont montré que certains milliardaires n'hésitaient pas à utiliser leur joujou pour de (très) petits trajets, parfois plusieurs fois par jour.

Dans l’actu : vers une taxe sur les vols en jet privé ?

  • Ce vendredi, l’organisation britannique Campaign for Better Transport (CfBT) a annoncé vouloir pousser les autorités à introduire une taxe sur les vols en jet privé.
  • L’argent récolté serait ensuite utilisé pour financer les transports publics.

Le détail : un ancien député aux manettes.

  • Le fait que cette demande émane d’une organisation britannique est particulièrement symbolique. Le Royaume-Uni est responsable de 19% des émissions de jets privés en Europe. Aucun autre pays ne fait pire.
  • « Les jets privés sont extrêmement dommageables pour l’environnement et sont l’apanage des super-riches. Nous pensons qu’il est grand temps que ces personnes commencent à payer pour les dommages causés par leurs vols et que les bénéfices soient utilisés pour aider à améliorer les transports publics pour les communautés à travers le pays », a déclaré Norman Baker, responsable de Campaign for Better Transport… et député pour les Libéraux-démocrates au parlement britannique pendant près de vingt ans (1997-2015).
  • « Les jets privés sont entre 5 et 14 fois plus polluants que les vols commerciaux et 50 fois plus polluants que les trains », dénonce CfBT.

Le calcul : 1,4 milliard de livres pour les transports publics ?

  • D’une part, CfBT réclame la fin de l’exemption de la TVA actuellement appliquée aux vols privés au Royaume-Uni.
    • Selon ses calculs, cela rapporterait entre 79 et 623 millions de livres sterling supplémentaires.
  • D’autre part, l’organisme demande l’introduction d’une « super taxe » pour les vols en jet privé effectués par les « super-riches« .
    • À l’heure actuelle, les passagers de jet privé sont soumis au même taux d’Air Passenger Duty (APD) que ceux en classe affaires ou en première classe.
    • Un taux plus élevé est appliqué aux avions de 20 tonnes ou plus avec moins de 19 passagers à bord. Or, tous les jets privés ne remplissent pas ces conditions, loin de là.
    • CfBT plaide pour la mise en place d’un « super-APD » pour les vols en jet privé.
      • Peu importe la taille ou la capacité de l’avion, le vol devrait être soumis à un taux dix fois supérieur au taux actuellement le plus élevé pour les voyages nationaux et européens « classiques » (moins de 2.000 milles marins). Soit dix fois 78 livres par passager : 780 livres.
      • De cette façon, l’État devrait récolter pas moins de 1,4 milliard de livres (1,58 milliard d’euros) chaque année, estime CfBT, sur base des vols enregistrés en 2021.
      • « Cela équivaut à l’investissement annuel du gouvernement écossais dans son réseau ferroviaire, cela couvrirait presque tous les coûts de maintenance de Network Rail depuis l’année dernière et c’est plus que ce que le gouvernement a investi sur l’ensemble du réseau local de bus ces dernières années », note l’organisation.

Et maintenant : convaincre les autorités.

  • A priori, les mesures proposées par CfBT n’intéressent pas le gouvernement britannique.
  • Contacté par le Guardian, un porte-parole du Trésor britannique a rappelé que depuis 2017, les dépenses pour les transports « ont presque doublé pour atteindre 27,1 milliards de livres sterling afin d’aider à renforcer la connectivité routière et ferroviaire.
  • De plus, le porte-parole a fait savoir que, dès avril 2023, « la taxe sur les passagers aériens sera plus faible pour les vols commerciaux intérieurs afin de renforcer encore les liaisons au Royaume-Uni ».
    • Les « gros jets privés » ne bénéficieront pas de la réduction de cette taxe ». En outre, ils paieront plus cher pour les vols « ultra long-courrier » afin que « ceux qui volent le plus loin contribuent le plus ».
    • Pas sûr que cela satisfera CfBT… ni que cela découragera les milliardaires à utiliser leur jet.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20