Taxe kilométrique à Bruxelles: la Flandre crie au scandale… mais songe à faire de même

Isopix

La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (Open Vld), a indiqué ce mercredi au parlement de sa Région vouloir examiner si les conditions peuvent être remplies, en 2025, pour l’instauration d’une taxe kilométrique intelligente en Flandre.

Dans la foulée de la validation par le gouvernement bruxellois du plan SmartMove, son projet de tarification kilométrique intelligent prévu lui pour 2022, les réactions avaient fusé au sud comme au nord du pays. Au parlement flamand, le député Bart Claes (Vlaams Belang) avait parlé d’une ‘déclaration de guerre de Bruxelles à la Flandre’, tandis que Bart De Wever (N-VA) avait évoqué une ‘nouvelle règle d’intimidation verte-violette envers les Flamands qui travaillent’.

De son côté, la ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (Open VLD), s’était montrée plus mesurée, tout en insistant sur le fait qu’elle continuerait à ‘défendre l’intérêt des navetteurs flamands’. ‘Un prélèvement purement unilatéral introduit par une Région au détriment d’une autre n’est pas possible pour moi et je continuerai de m’y opposer’, avait-elle précisé.

Des conditions préalables

Par la suite, Lydia Peeters a toutefois déclaré dans une récente interview au journal ‘Het Belang van Limburg’ qu’elle était favorable à une taxe kilométrique en Flandre et qu’elle avait l’intention de voir si les conditions pouvaient être remplies pour une implémentation en 2025.

Ce mercredi, la ministre de la Mobilité a clarifié ses propos en commission du parlement flamand. ‘Pour moi et mon parti, une taxe kilométrique intelligente peut se faire. Mais des conditions doivent être remplies’, a-t-elle déclaré, comme le rapporte l’agence Belga. ‘Les navetteurs doivent par exemple disposer d’alternatives suffisantes. Actuellement, ces conditions préalables ne sont pas remplies.’

Pourquoi Lydia Peeters évoque-t-elle l’horizon 2025? Tout simplement parce que l’introduction d’une taxe kilométrique intelligente ne figure pas dans l’accord du gouvernement flamand. Une telle mesure ne devrait donc pas être mise à l’agenda régional avant la prochaine législature au plus tôt, c’est-à-dire dans un peu plus de quatre ans.

Pour rappel, le précédent gouvernement flamand avait fait réaliser une étude sur l’implémentation d’une taxe kilométrique en Flandre, mais le projet avait finalement été abandonné… Temporairement?

Lire aussi: