Sécurité énergétique: BlackRock veut injecter (beaucoup) d’argent dans les infrastructures énergétiques européennes

Avec une nouvelle stratégie d’investissement, le géant de l’investissement BlackRock va se concentrer principalement sur les infrastructures énergétiques. Les capitaux de la nouvelle « plateforme », comme l’entreprise l’appelle elle-même, devraient accélérer la transition énergétique en aidant, entre autres, les entreprises polluantes à devenir plus écologiques.

Pourquoi est-ce important ?

La chute des marchés boursiers aux États-Unis a fait craindre aux investisseurs que de nombreuses entreprises de technologie et d'énergie renouvelable soient surévaluées. Ce programme d'investissement dans les infrastructures - quelque chose de bien réel - sera présenté aux investisseurs à long terme comme une source de rendements stables et une protection contre l'inflation.

L’équipe de BlackRock prévoit de travailler avec de grandes entreprises pour financer des technologies de batteries, de capture et de stockage du carbone, de stockage de l’hydrogène et du gaz naturel, et pour rendre les transports plus durables.

« Il y a quelques années, tout le monde était très concentré sur ‘construisons plus de technologies d’énergie renouvelable ‘ », a rappelé Valentine Andrews, qui dirige l’activité de gestion immobilière mondiale de BlackRock, au journal économique britannique Financial Times. Aujourd’hui, « tout le monde a compris que les énergies renouvelables sont incroyablement importantes, mais nous ne pouvons pas y arriver sans décarboner tous ces autres segments plus difficiles à développer. »

« Lorsque l’inflation est élevée, vous ne pouvez pas réduire les combustibles fossiles aujourd’hui et vous lancer dans les énergies renouvelables demain. Il n’y a pas assez de projets », a déclaré au FT Edwin Conway, responsable des investissements alternatifs chez BlackRock. « Notre intention est en fait de travailler avec ces grandes entreprises énergétiques. Ce sont d’énormes employeurs de capital humain (…) eux aussi sont tournés vers l’avenir ».

Plus de la moitié de l’investissement initial prévu ira à des projets sur le continent européen. La guerre en Ukraine y a poussé les prix de l’énergie à des sommets sans précédent. Une infrastructure et une technologie énergétiques propres (durables) peuvent atténuer cette douleur à long terme.

Pas la même chose qu’un fonds d’investissement privé

La plateforme implique initialement plusieurs milliards de dollars de la part de quelques investisseurs clés, selon BlackRock. L’objectif est de faire croître la somme de manière significative.

  • Le projet est en fait une coentreprise entre les investisseurs durables et d’infrastructure de BlackRock, note Valentine Andrews.
  • Ce n’est pas la même chose qu’un fonds d’investissement privé, qui lève une somme d’argent fixe pendant une période déterminée et verse un bénéfice à la fin.
  • Il s’adresse aux assureurs, aux fonds de pension et à d’autres investisseurs institutionnels qui ont besoin de paiements réguliers, et vise à générer des revenus réguliers et à permettre aux investisseurs d’entrer et de sortir.

Acte écologiste ou capitaliste ?

BlackRock a fait sensation au printemps dernier en votant le remplacement de trois dirigeants d’ExxonMobil « en raison de la réticence du géant pétrolier à passer rapidement à des sources d’énergie plus propres ». Le soutien du géant de l’investissement à « un écologiste mineur » chez Exxon a incité les critiques à accuser la société de s’aligner sur des causes de gauche, écrivait alors le Wall Street Journal.

« Nous nous concentrons sur la durabilité non pas parce que nous sommes des écologistes, mais parce que nous sommes des capitalistes et des propriétaires d’entreprises pour nos clients », s’est défendu son directeur-général, Larry Fink.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20