Retour de zone rouge: des dizaines de milliers d’infractions, aucune amende…

EPA

Aucune amende n’a encore été dressée pour les voyageurs qui ne se font pas tester à leur retour d’une zone rouge, écrit De Standaard ce mardi. Et les différents niveaux de pouvoir se renvoient la balle…

Selon le quotidien flamand, que ce soit la police fédérale, le collège des procureurs généraux ou encore le comité interfédéral Testing & Tracing, aucun de ces organes n’a connaissance d’amendes qui auraient été infligées aux personnes qui ne se sont pas fait tester en revenant d’un voyage dans une zone rouge à l’étranger.

Pourtant, le gouvernement avait décidé fin 2020 que ces personnes devaient être mises en quarantaine à leur retour, avec un test de dépistage obligatoire au 1er et au 7e jour. En cas de second test négatif, la quarantaine peut alors prendre fin. Une infraction à cette règle est passible d’une amende de 250 euros.

Des dizaines de milliers de voyageurs

Mais dans les faits, on parle de plusieurs dizaines de milliers de personnes, sur le seul mois de janvier, qui ne se seraient pas conformées à la règle, sans en subir les conséquences. Selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano, relayés par Het Nieuwsblad dimanche, plus de 40% des Belges qui sont rentrés de zone rouge n’ont pas procédé au test de dépistage obligatoire.

Rien que durant la semaine du 18 au 24 janvier, 30.242 retours ont été enregistrés. Parmi ceux-ci, 15.273 personnes disposant d’un numéro de registre national étaient censées de faire tester… Seulement 9.034 l’ont effectivement fait.

Groupe de travail

De Standaard en déduit donc que le caractère automatique de la sanction – qui pourrait pourtant se faire via le Passenger Locator Form – est loin d’être une réalité.

‘Un groupe de travail se penche sur le dossier’, a-t-on assuré du côté du cabinet du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld).

Lire aussi: