En novembre, 154 voyageurs de retour de zone rouge ont été testés… sur 110.000

Le Covid-19 test center de Zaventem. Crédit : Brussels Airport

Le testing des personnes en provenance d’une zone rouge n’était visiblement pas la priorité des autorités sanitaires le mois dernier: sur près de 110.000 voyageurs, seulement 154 ont été testés, affirme Het Laatste Nieuws, sur base d’un rapport confidentiel de Sciensano.

Selon le quotidien flamand, les autorités (ministres, experts…) recevraient chaque semaine un rapport comportant des informations supplémentaires comparées à celles qui sont communiquées à la presse et au public par Sciensano. Deux rapports qui ‘ne sont pas tellement différents’, assure le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke (sp.a), au Laatste Nieuws.

Mais toujours est-il que dans le rapport confidentiel qu’a pu consulter le journal néerlandophone, et qui date de la semaine dernière, une information retient l’attention: en novembre, à peine 154 voyageurs de retour de zone rouge ont été testés sur 110.000 personnes concernées, avec à la clé 12 résultats positifs.

Fortement déconseillé…

Pour rappel, si les autorités belges n’interdisent pas les voyages en zones rouges, elles les déconseillent fortement… Mais sans pour autant assurer un suivi derrière. Voici pourtant les consignes à suivre en cas de retour en Belgique après un séjour de plus de 48 heures à l’étranger, quelle que soit la couleur de la zone, telles qu’elles apparaissent sur le site officiel info-coronavirus.be:

  • Remplissez le Formulaire de Localisation du Passager (PLF) dans les 48 heures avant votre arrivée en Belgique.
  • En fonction de vos réponses, le formulaire calculera si vous êtes à haut risque d’avoir été contaminé par le virus.
  • Si vous recevez un SMS, vous êtes à haut risque. Vous devrez observer une quarantaine. C’est obligatoire si vous revenez d’une zone rouge. Le SMS contiendra un code avec lequel vous pourrez vous faire tester
  • Si vous ne recevez pas de SMS, vous n’avez pas besoin de faire de quarantaine.

Lire aussi : Retour de vacances: le nouveau mode d’emploi

Stratégie(s) de testing

Dès lors, pourquoi aussi peu de personnes ont-elles été testées le mois dernier? Tout simplement parce qu’en octobre, la Belgique a revu sa politique en matière de testing. Suite au manque de capacité des laboratoires d’analyse, les personnes dites ‘asymptomatiques’ n’ont plus été testées après un contact à risque. Quant aux personnes revenant de zone rouge, il leur était simplement demandé de se placer en quarantaine.

‘Nous venons d’une période où seules les personnes présentant des symptômes étaient testées’, confirme le virologue Steven Van Gucht, sur VTM. ‘Les personnes asymptomatiques qui ont eu un contact à risque ou les voyageurs revenant d’une zone rouge n’étaient plus testées. Ce n’était pas idéal et cela comportait des risques, mais il fallait faire des choix.’

Une situation qui est appelée à évoluer à l’avenir. À partir du 18 décembre, toute personne revenant d’une zone rouge devra se remettre en quarantaine pendant 10 jours à son retour. Et un test devra être effectué au 7e jour. Reste à voir si les autorités se donneront les moyens de leurs ambitions…