Retour de vacances: le nouveau mode d’emploi

La frontière entre les Pays-Bas et la Belgique a été fermée avec des conteneurs dans le village de Chaam, aux Pays-Bas, dans le cadre de l’urgence de l’épidémie de Covid-19, le 21 mars. (Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

C’est officiel, les retours de zones rouges (quasi toute l’Europe) sera soumis à un test et une quarantaine obligatoire.

Le Premier ministre De Croo (Open VLD) avait déjà lors du dernier Comité de concertation. Tout voyage à l’étranger de plus se 48 heures serait soumis à une quarantaine. Désormais, tout le monde sera logé à la même enseigne. Un simple aller-retour à Paris ou Amsterdam sera soumis à une période de quarantaine de dix jours et à un test obligatoire (au bout du 7e jour).

Toutes les zones rouges sont concernées, soit presque toutes les régions d’Europe à l’exception de quelques-unes en Norvège, en Irlande, en Ecosse et en Islande.

Tout voyageur de retour de l’étranger devra remplir le formulaire ‘Passenger Locator Form‘, comme précédemment. Mais le questionnaire d’évaluation disparait.

SPF Affaires étrangères.

Tout cela a été précisé par la responsable du testing et du tracing en Belgique, Karine Moykens. Elle a également rappelé, comme le Premier ministre avant elle, que les contrôles seraient renforcés, à la frontière (aéroports et ports compris), mais aussi aux domiciles pour vérifier le respect du formulaire, de la quarantaine et du testing. Reste à déterminer la forme que prendront ces contrôles.

En visite chez le président Macron il y a quelques jours, De Croo avait précisé avec son hôte que les voyages non essentiels étaient ‘vivement déconseillés’. En France, les stations de ski seront ouvertes au contraire des remontées mécaniques.