Que risque Trump une fois qu’il ne sera plus président? La chute peut être brutale…

De Amerikaanse president Donald Trump – Isopix Photo by: Dennis Van Tine/STAR MAX/IPx

Jusqu’ici, la chance a plutôt souri à Donald Trump. Le républicain a fait fortune et a remporté la présidentielle de 2016, contre toute attente à l’époque. Il a également survécu à deux divorces, 6 faillites, au Covid-19, à 25 accusations pour harcèlement et agression à caractère sexuel et à plusieurs procès. Mais aujourd’hui, alors que son immunité présidentielle touche à sa fin, il s’expose à de nombreuses poursuites. Tout porte à croire que la chute pourrait faire mal et qu’il a donc des raisons valables de contester la victoire de son adversaire démocrate… 

Le 20 janvier 2021 à midi, Donald Trump sera officiellement démis de ses fonctions de président. Alors qu’il lutte pour conserver son titre (et son honneur) à la Maison-Blanche, Donald Trump et son entourage sont conscients que son immunité présidentielle touche à sa fin, et qu’il devra faire face à une dizaine de poursuites civiles et pénales engagées à son encontre ou dirigées contre la Trump Corporation.

Donald Trump pourrait même se retrouver dans une situation encore plus périlleuse que celle à laquelle Nixon fut exposée, qui entraîna sa démission suite au scandale du Watergate. Selon l’historien Michael Besch, qui s’est confié au New Yorker, ‘peu de personnes ont su se soustraire aux conséquences de leurs actes de manière aussi astucieuse que Trump ne l’a fait. Mais cette course à la chance pourrait bien toucher à sa fin’. 

Fraudes, malversations, agressions sexuelles, dettes…

La pile de dossiers qui attend le président à la sortie de la Maison-Blanche ne fait que s’épaissir. La liste est longue et il serait impossible de citer tous les procès intentés à l’encontre de Donald Trump, même si on en retiendra tout de même quelques-uns.

Lire aussi : Trump lâché par son ‘allié’ de toujours: Fox News censure sa porte-parole en plein direct

  • Au-delà des accusations de fraudes et de malversations à son encontre, Summer Zervos, E. Jean Caroll et bien d’autres femmes ont déposé plainte contre le président pour agression ou harcèlement sexuel. Des documents judiciaires rendus publics prouvent également qu’il aurait tenté d’acheter le silence de Stormy Daniels, une actrice porno avec qui il aurait eu une liaison. 

  • Selon le New York Times, Donald Trump est également en litige depuis dix ans avec l’Internal Revenue Service (IRS), l’administration fiscale américaine, sur la légitimité d’un remboursement d’impôts de 72,9 millions de dollars qu’il a demandé et reçu après avoir déclaré d’énormes pertes. Un jugement défavorable pourrait lui coûter plus de 100 millions de dollars.

  • Aussi, alors qu’il croule déjà sous les dettes, Donald Trump serait également encore redevable de 360 millions de dollars à la Deutsche Bank. La Trump Corporation devrait également rembourser près de 900 millions de dollars de dettes au cours des 4 prochaines années, ce qui s’annonce bien difficile avec les 17.500 dollars mensuels de retraite qu’il devrait obtenir une fois démis de ses fonctions. 

Une grâce présidentielle?

Comment Donald Trump pourrait-il s’en sortir? S’il devait effectuer des transactions pour clore ces dossiers ‘à l’amiable’, cela lui coûterait des centaines de millions de dollars, et visiblement, il n’en a plus les moyens.

Si une fuite à l’étranger reste possible, il pourrait aussi obtenir la grâce du président Joe Biden ou encore, démissionner avant le 20 janvier et se voir grâcié par Mike Pence, qui prendrait provisoirement sa place en attendant l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche.

Mais cela pourrait ne pas être suffisant. Deux des enquêtes en cours  à son sujet sont menées par des puissants représentants des forces de l’ordre de l’État et de la ville de New York : Cyrus Vance, Jr, le procureur du district de Manhattan, et Letitia James, le procureur général de New York. Ils enquêtent tous les deux sur Trump dans le cadre de dossiers portant sur les pratiques commerciales de Trump avant 2016. Et là encore, cela pourrait faire mal…

Leurs compétences se situant en dehors du domaine fédéral, toute inculpation ou condamnation résultant de leurs actions serait alors hors de portée d’une grâce présidentielle. 

Une autre piste avancée par l’analyste politique Joe Lockhart pourrait toutefois permettre au président de s’en sortir. Trump pourrait ‘négocier’ sa sortie de la Maison-Blanche, avec une passation au pouvoir pacifique, en contrepartie de l’abandon des charges à son encontre.

Quelle que soit l’issue, il est en tous les cas fort probable que cette fois, la chance lui joue un mauvais tour…