Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Les démocrates et les républicains présentent un projet de loi qui rend nerveux le Big Tech. Donc ça doit être intéressant…

Logo Business AM
Économie

26/06/2019 | Dominique Dewitte | 3 min de lecture

Deux sénateurs américains ont présenté un projet de loi révolutionnaire qui rend Big Tech nerveux. Ils veulent mettre fin au manque total de transparence dont bénéficient aujourd’hui les médias sociaux et les autres plates-formes Internet.

Si le démocrate Mark Warner (photo) et le républicain Josh Hawley obtiennent ce qu’ils veulent, les plates-formes comptant plus de 100 millions d’utilisateurs enregistrés seront à l’avenir obligées de fournir à ces utilisateurs les informations suivantes tous les 90 jours :

  • les informations (données) qu’ils collectent sur cet utilisateur ;
  • une indication de l’argent qu’ils gagnent avec ces données.

Les utilisateurs découvriraient donc finalement quelles données sont collectées à leur sujet et quelle est leur valeur. [Selon une étude récente, le navigateur Internet Chrome (Google) dépose près de 12 000 cookies sur votre ordinateur en une semaine.]

Le projet de loi est remarquable car il s’écarte de l’idée habituelle de démanteler purement et simplement les grandes sociétés Internet telles que Google et Facebook afin de protéger la compétitivité et les petits acteurs.

Selon Warner, Facebook en sait plus sur ses utilisateurs que le gouvernement américain. « Les gens n’ont aucune idée de la quantité de données que ces entreprises collectent à leur sujet et encore moins de la valeur de ces données. »

L’intention n’est pas que les gens monétisent ces données. Pour les informer de ce qui se passe chaque fois qu’ils cliquent sur « J’accepte », lorsqu’ils visitent un site Web pour la première fois.

L’indication de la valeur de ces données varie en fonction de la source. Les estimations vont de 5 à 35 dollars par mois.

Big Tech : « Impossible »

Les entreprises technologiques ont déjà répondu. Elles  disent qu’il est impossible de calculer la valeur de données spécifiques. Celles-ci sont commercialisées en grande quantité et sur différentes plateformes. Ils offrent également différents services avec ces données et appliquent  différents business models.

Selon Warner, c’est absurde. « Si ces sociétés – pensez à Facebook – peuvent faire toutes ces acquisitions, et payer des sommes insensées pour ces acquisitions, alors, elles doivent avoir une très bonne idée de la façon dont elles peuvent utiliser les données et comment elles peuvent gagner de l’argent avec ».

La patience s’épuise

La patience de Warner vis-à-vis de la Silicon Valley s’épuise également. « Si [Big Tech] n’a pas envie de travailler avec nous sur une telle réforme ciblée, à mon avis, il y a de fortes chances pour que je rejoigne simplement le groupe de personnes qui se disent: « Vous savez quoi ? on va les démanteler. Et je le dis en tant que personne qui a été un entrepreneur en technologie pendant plus longtemps qu’un sénateur. »


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour