Prédire le mouvement des nuages pour polluer moins: le nouveau défi XXL du Royaume-Uni

Désireux de diminuer encore davantage l’utilisation de ses centrales à combustibles fossiles, le Royaume-Uni a l’intention de deviner quels seront les mouvements des nuages dans le ciel avec une précision chirurgicale. Explications.

A l’heure actuelle, les prévisions météorologiques ne sont pas encore assez détaillées que pour permettre une exploitation optimale des différentes centrales énergétiques. Par exemple, certains jours, il arrive de faire tourner des centrales à combustibles fossiles car l’on croit que les solaires ou les éoliennes ne tourneront pas à plein-régime à cause du temps… alors que c’est finalement le cas.

Dans une volonté d’être le plus vert possible, le Royaume-Uni a décidé de miser sur l’intelligence artificielle en vue de prédire le mouvement des nuages. Et donc de connaître réellement le rendement à venir de ses panneaux solaires. La technologie fonctionnera via un modèle d’apprentissage automatique pour lire les images satellite et comprendre comment et où les nuages se déplacent par rapport aux panneaux photovoltaïques au sol.

Augmenter la précision de 50%

Le National Grid Electricity System Operator, qui achemine l’électricité dans le pays, a signé un accord avec l’organisation à but non lucratif Open Climate Fix pour créer un système de suivi alimenté par l’IA qui associe les mouvements des nuages aux emplacements exacts des panneaux solaires.

L’objectif est de prédire le mouvement des nuages de quelques minutes… à plusieurs jours en avance. Une fois la technologie au point, le système doit permettre d’améliorer la précision des prévisions solaires de 50%, a indiqué un porte-parole de National Grid ESO à CNBC.

Initié ce mois-ci, le projet doit durer 18 mois. Il est financé par l’Ofgem, le régulateur pour les marchés du gaz et de l’électricité au Royaume-Uni, à hauteur de 500.000 livres sterling (583.000 euros).

« Des prévisions précises pour la production dépendant des conditions météorologiques, comme le solaire et l’éolien, sont essentielles pour nous dans l’exploitation d’un système électrique à faible émission de carbone », a déclaré Carolina Tortora, responsable de la stratégie d’innovation et de la transformation numérique chez National Grid ESO. « Plus nous aurons confiance dans nos prévisions, moins nous devrons couvrir l’incertitude en faisant tourner les centrales traditionnelles à combustibles fossiles, plus contrôlables », a-t-elle ajouté.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés