Poutine, et non l’Occident, réalise le souhait de Satoshi Nakamoto

En utilisant le bitcoin comme monnaie numérique pour échanger des marchandises, Poutine confirme l’hypothèse de Satoshi Nakamoto. Même si l’informaticien inconnu aurait sans doute préféré qu’on lui donne raison dans d’autres circonstances.

Les événements horribles survenus en Ukraine risquent également d’avoir des conséquences extraordinaires sur l’économie mondiale. Car vendredi 25 mars, ce qui menaçait depuis des années de devenir le cauchemar ultime des banquiers centraux du monde entier s’est produit : un dictateur à la tête du plus grand arsenal nucléaire du monde a annoncé que la crypto-monnaie Bitcoin pourrait bientôt être utilisée à grande échelle pour les transactions, notamment pour le pétrole et pour le gaz. La Russie annonce qu’elle vendra des matières premières à « ses nations-amies » en utilisant sa propre forme de monnaie fiduciaire. Ces pays sont des nations qui approuvent ou du moins ne désapprouvent pas l’horrible invasion de l’Ukraine par Poutine. « Ils peuvent aussi payer avec des bitcoins », a déclaré Pavel Zavalny, président du comité de l’énergie de la Douma russe.

Les implications de la décision du Kremlin d’utiliser le bitcoin vont bien au-delà de ce que la plupart des gens pensent. Le livre blanc du Bitcoin a été publié le 31 décembre 2008 par l’informaticien Satoshi Nakamoto, pseudonyme d’un génie ou d’un groupe de génies encore inconnu. Sa thèse, intitulée « Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System », explique comment la crypto-monnaie pourrait devenir une alternative parfaite à la finance traditionnelle grâce à une blockchain sécurisée par des signatures numériques et une méthode de minage compétitive de type « proof-of-work« .

Le bitcoin a été inventé lors des retombées de la crise du crédit provoquée par l’effondrement des prêts hypothécaires aux États-Unis en 2007. Satoshi Nakamoto voulait que le bitcoin se débarrasse du système bancaire traditionnel qui reposait trop sur le « modèle de confiance ». Le bitcoin permettrait des paiements de pair à pair irréversibles et instantanés, avec un historique des transactions entièrement public.

Le fait que le dictateur russe Vladimir Poutine ait été l’un des premiers à adopter pleinement cette technologie, et non l’Occident, restera probablement dans l’histoire comme l’un des plus grands gaspillages de potentiel de la première moitié de ce siècle. Le Salvador s’est préparé à utiliser le bitcoin comme monnaie légale en 2021, mais ce projet est considéré avec méfiance par le FMI et les banquiers américains. Ils veulent que le Salvador abandonne la crypto-monnaie, qui continue de manière fiable à prendre de la valeur et qui est construite pour être déflationniste, afin de s’affranchir pleinement à la domination du dollar.

Cela n’arrivera pas. Et le Salvador et la Russie seront loin d’être les seuls pays à adopter le bitcoin. Samson Mow, l’un des architectes des projets Bitcoin salvadoriens, a récemment annoncé qu’il s’engageait à plein temps à aider les pays à se doter d’une infrastructure Bitcoin. « Comme de plus en plus de pays commencent à utiliser le bitcoin, je n’ai tout simplement pas assez de temps », a expliqué le pionnier de la crypto-monnaie.

Ce que Poutine et Satoshi Nakamoto ont et n’ont pas en commun

Le choix de Poutine d’adopter le bitcoin est purement opportuniste. La Russie a été coupée du système de paiement international SWIFT après l’invasion de l’Ukraine le mois dernier. Le pays a également été soumis à une salve d’autres sanctions financières. Cependant, cela n’a fait qu’accélérer un processus qui se déroulait depuis des années. La Russie et la Chine veulent briser la domination du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale et accumulent donc depuis longtemps des devises, de l’or et d’autres matières premières.

Les sanctions visant à isoler la Russie obligeront le monde à se diviser en deux systèmes financiers. L’une payée par des monnaies comme le renminbi/yuan chinois et le rouble russe, dont la valeur dépend principalement des matières premières, et l’autre où le « roi dollar » continue de régner, avec l’euro dans son sillage.

Et c’est exactement là que Poutine et le fondateur de Bitcoin se rencontrent. L’ébranlement du monde traditionnel, le paradigme de la Pax Americana de l’après-guerre. Poutine et le président chinois Xi Jinping ne souhaitent pas plus que l’inventeur du bitcoin faire partie d’un monde dominé par les caprices des maîtres de l’argent de l’Occident. Il ne leur permettrait pas d’établir le nouvel ordre mondial auquel ils travaillent depuis si longtemps.

Mais cet ordre mondial est une alliance d’États voyous qui enferment les minorités dans des camps et réduisent violemment au silence les journalistes et les opposants politiques. Cela est difficile à concilier avec l’approche libérale de la technologie du bitcoin, qui met fortement l’accent sur la liberté de l’individu. Cependant, la technologie reste un concept neutre et peut toujours être utilisée par ceux qui ont des intentions malveillantes.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20