La Russie envisage d’accepter le bitcoin pour le commerce du pétrole et du gaz: Poutine a saisi depuis longtemps le potentiel de la cryptomonnaie

La Russie veut accepter les paiements de produits de base avec la plus grande crypto-monnaie du monde, mais uniquement en provenance de « pays amis ».

Selon Pavel Zavalny, membre éminent de la Douma russe, les « pays amis » devraient être autorisés à régler leurs factures de gaz et de pétrole avec la Russie en utilisant des bitcoins.

La crypto-monnaie a une capitalisation boursière de plus de 800 milliards de dollars au moment de la rédaction de cet article et se vend à 44.000 dollars pièce. Le bitcoin a vu son prix augmenter de plus de 8 % au cours de la semaine dernière.

L’annonce de M. Zavalny fait suite à celle du président russe Vladimir Poutine, qui a déclaré vouloir que les « pays inamicaux », c’est-à-dire la plupart des membres de l’OTAN et de ses alliés, achètent les ressources fossiles de la Russie avec des roubles.

Cette interaction entre les devises étrangères et le rouble pour l’achat de produits de base essentiels est censée stimuler la monnaie fiduciaire de la Russie. Les pays européens dépendent largement de la Russie pour leurs importations de gaz naturel et de pétrole brut, dont ils ont grand besoin. Depuis le début de l’année 2022, le taux de change du rouble s’est toutefois effondré de quelque 20 %.

Chaque transaction en bitcoin peut alimenter une famille américaine pendant six semaines

M. Zavalny, qui préside également la commission de l’énergie de la Douma, a déclaré jeudi que le pays étudiait depuis un certain temps d’autres moyens pour recevoir des paiements pour les matières premières. Il semble maintenant que la Russie s’intéresse également au bitcoin, la crypto-monnaie la plus ancienne et la plus précieuse.

Les crypto-monnaies sont des pièces numériques sur la blockchain, un grand livre décentralisé, qui permet des transactions instantanées de pair à pair sans intervention d’un tiers. Cependant, les transactions crypto comme le bitcoin doivent être validées par un mineur, ce qui, dans le cas du bitcoin, est un processus assez énergivore. Les mineurs utilisent d’énormes quantités de puissance de calcul pour résoudre d’abord le puzzle mathématique (hashcode) nécessaire pour valider une transaction Bitcoin.

Selon Fortune, chaque transaction en bitcoins consommerait suffisamment d’énergie pour alimenter une famille américaine moyenne pendant six semaines.

Poutine a compris depuis longtemps le potentiel du Bitcoin

Toutefois, ce n’est pas pour cette raison que le bitcoin a été presque interdit en Russie récemment. La banque centrale du pays voulait abolir le bitcoin parce qu’investir dans cette monnaie, notamment en raison de la volatilité de son prix, aurait fait courir trop de risques aux investisseurs.

Cependant, Poutine, qui a précédemment qualifié le bitcoin d’outil de thésaurisation approprié pour l’avenir, a clairement compris le potentiel de la crypto-monnaie.

Le président russe a renversé à lui seul la vapeur pour les crypto dans son pays lorsqu’il a fait valoir que les cryptomonnaies ont d’énormes avantages concurrentiels en raison de l’énergie bon marché de la Russie. En fait, lors d’une interview accordée à CNBC, Poutine a littéralement déclaré qu’il voulait savoir si les crypto-monnaies pourraient un jour être utilisées pour le commerce de matières premières comme le pétrole.

Celui qui a le plus de mineurs dans son pays a le plus grand hashrate dans le système Bitcoin. Il s’agit de l’énergie totale injectée dans Bitcoin et d’une mesure importante de la sécurité du réseau. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les États-Unis ont le taux d’échange le plus élevé, soit plus de 30 %. En effet, après l’abolition de l’extraction de crypto-monnaies par la Chine l’année dernière, la plupart des mineurs se sont installés aux États-Unis et au Kazakhstan.

Les transactions en cryptomonnaie sont « traçables, permanentes et publiques »

Selon M. Zavalny, les « pays amis » qui n’interfèrent pas avec les sanctions pourront utiliser leur monnaie nationale pour acheter des produits de base. Par exemple, la Chine pourrait utiliser son yuan et la Turquie la lire, soulève Zavalny. « Mais vous pouvez aussi faire du commerce avec des bitcoins », explique le Russe.

L’Occident craint depuis longtemps que les oligarques russes n’utilisent les crypto-monnaies pour échapper aux sanctions imposées. Cependant, la blockchain de Bitcoin est publique et les transactions peuvent être facilement suivies par les agences de renseignement.

Toutes les transactions en crypto sont « traçables, permanentes et publiques », a déclaré Paul Grewal, chef de Coinbase, au début du mois, après que la bourse de crypto-monnaie américaine a bloqué 25.000 adresses de crypto-monnaies liées à des personnes sanctionnées.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20