Poutine a transformé l’Europe (mais sans doute pas comme espéré)

Le mois prochain, l’assaut violent de la Russie contre l’Ukraine voisine aura duré un an. Le plan du président russe Vladimir Poutine, qui prévoyait une « opération militaire spéciale » rapide – un « Blitzkrieg » – a échoué, en raison de la résistance inébranlable de l’Ukraine, du soutien uni de l’Occident à sa défense et de la propre incompétence de la Russie.

Plutôt qu’une victoire militaire rapide aboutissant à un changement de régime, « l’opération spéciale » de Poutine s’est transformée en guerre de position. Même après un an, personne ne peut dire avec certitude quand et comment la guerre se terminera. Le plus probable est qu’elle se poursuivra pendant un certain temps, faisant de nombreuses autres victimes. Pourtant, il est difficile d’imaginer un scénario dans lequel la Russie pourrait encore atteindre son objectif principal, à savoir éliminer l’Ukraine en tant qu’État souverain et indépendant.

Tant que l’OTAN et ses États membres continueront à fournir un soutien militaire et économique à l’Ukraine, et tant que le peuple ukrainien restera déterminé, la Russie n’atteindra pas ses objectifs de guerre. Cette prise de conscience semble se faire lentement au Kremlin, qui a intensifié ses attaques contre les infrastructures ukrainiennes et mobilisé des centaines de milliers de conscrits. Les chefs militaires russes misent désormais sur une stratégie à long terme de démoralisation et d’épuisement, en s’appuyant sur une supériorité numérique pure et simple sur l’armée ukrainienne.

Double destruction

Mais cela revient à un acte de destruction double. Une stratégie de « domination quantitative » exige des dirigeants russes qu’ils n’accordent aucune considération à la vie de leurs propres soldats, sans parler de celle des civils ukrainiens. Chaque jour qui passe, la criminalité de la guerre vicieuse de la Russie devient plus évidente. Lorsque les combats s’arrêteront, une grande partie de l’Ukraine aura été dévastée, laissant derrière elle une haine profonde et durable. Les armes finiront par se taire, mais il n’y aura pas de paix. L’Ukraine devra faire tout ce qui est en son pouvoir pour dissuader une nouvelle attaque, et l’Europe occidentale continuera à se réarmer à grande échelle, peut-être pendant des décennies.

L’Ukraine formant une sorte de cordon de sécurité entre la Russie et le reste de l’Europe, elle sera incitée à rejoindre l’OTAN et l’Union européenne dans un délai relativement court. En outre, les intérêts géopolitiques et sécuritaires de l’UE auront changé, transformant l’institution. La perspective de l’adhésion de l’Ukraine déplacera nécessairement l’attention de l’Europe vers l’Est.

L’OTAN à distance

Avec sa guerre illégale, Poutine voulait tenir l’OTAN à distance. Mais il a obtenu exactement le contraire. La Finlande et la Suède vont maintenant rejoindre l’Alliance, et l’ensemble du continent européen se rangera derrière son bouclier. L’UE et l’OTAN vont développer des relations de travail beaucoup plus étroites, conférant un poids géopolitique beaucoup plus important à la région transatlantique.

Une telle transformation sera nécessaire dans un monde de plus en plus marqué par une profonde méfiance entre les États, et par un clivage croissant entre les régimes autoritaires et les systèmes plus ouverts et démocratiques. Cette dynamique s’applique avant tout aux relations économiques. En donnant à l’Occident des raisons de refuser des capitaux, des technologies, des biens et des services, Poutine a rendu un très mauvais service à ses amis chinois.

Alors que l’Europe s’attache à assurer sa propre sécurité face à la Russie, à reconstruire l’Ukraine et à préparer son intégration dans l’UE, une question brûlante se pose : qu’adviendra-t-il de la Russie elle-même ?

Vision utopique

La vision de Poutine d’une Grande Russie puissante à l’échelle mondiale s’est révélée être une utopie. La guerre et les sanctions occidentales frappent durement l’économie russe, et plus les combats se poursuivront, plus les coûts seront élevés. Et comme la Russie a longtemps négligé la diversification et la modernisation de son économie, les revenus et les conditions de vie vont fortement diminuer. Sous l’impulsion non seulement de la guerre mais aussi de la crise climatique, l’Europe éliminera rapidement les combustibles fossiles, et la Russie aura définitivement perdu son marché d’exportation traditionnel.

Avec si peu d’alternatives, sera-t-il même possible de maintenir le pays en vie ? Si les dirigeants russes s’accrochent à l’illusion qu’ils peuvent faire revivre la tradition impériale tsariste, ils risquent de plonger la Russie dans une profonde crise intellectuelle. Sans une modernisation politique et économique complète, le pays – avec son énorme arsenal nucléaire – titubera dangereusement vers un avenir incertain. Nous ne pouvons certainement pas exclure la possibilité que la Russie – et donc aussi l’Europe – connaisse une répétition des années 1990.

L’Europe occidentale n’aura pas la possibilité d’ignorer les défis qui se posent à l’Est. Ce qui s’y passe affectera directement tous ceux qui partagent le même continent. Nous ne pouvons plus nous permettre de nous bercer d’illusions sur le progrès mondial et sur notre propre place dans le monde. Un « trou noir » géopolitique de la taille de la Russie en Europe orientale et en Asie du Nord n’est de bon augure pour personne. Poutine a détruit plus que ce à quoi il s’attendait probablement.

Après la Seconde Guerre mondiale, dans les premières années de la guerre froide, les pays d’Europe occidentale ont fait leurs premiers pas vers une union toujours plus étroite. Après la guerre en Ukraine, ils doivent poursuivre cette tradition. Compte tenu des énormes défis géopolitiques et des menaces pour la sécurité auxquels l’Europe sera confrontée, elle ne peut plus se permettre de faire preuve d’une quelconque faiblesse. Le Vieux Continent doit grandir – et vite.


Joschka Fischer, ministre allemand des Affaires étrangères et vice-chancelier de 1998 à 2005, a dirigé le Parti vert allemand pendant près de 20 ans.

Copyright: Project Syndicate, 2023

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20