Plus qu’une finale de Ligue des Champions: la Russie risque aussi de perdre une de ses plus belles vitrines en Europe, l’idylle entre Gazprom et l’UEFA

Depuis l’escalade des tensions entre la Russie et l’Europe suscitée par l’allocution de Vladimir Poutine lundi soir, les lignes bougent aussi dans le milieu du football. Dans les gros titres, on évoque une délocalisation de la finale de la Ligue des Champions, normalement prévue à Saint-Pétersbourg. Mais un autre problème, plus profond apparaît: le contrat entre Gazprom et l’UEFA.

Le 28 mai prochain, la Gazprom Arena de Saint-Pétersbourg est censée accueillir la finale de la Ligue des Champions. Au vu des très vives tensions entre la Russie et l’Europe au sujet de l’Ukraine, la question d’une délocalisation a immédiatement été mise sur la table. Notamment par le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a déclaré qu’il n’y avait « aucune chance d’organiser des tournois de football dans une Russie qui envahit des pays souverains ».

En outre, rapporte Euractiv, des eurodéputés ont rédigé une lettre destinée au président de l’UEFA Aleksander Čeferin, avec le secrétaire général de l’UEFA Theodore Theodoris. Initiée par l’Allemande Viola von Cramon-Taubadel (Les Verts), elle demande là aussi à l’instance de changer de stade pour sa finale.

« La Russie doit montrer au monde entier qu’elle se soucie des valeurs du sport, de la fraternité, de la coopération et du respect et laisser la diplomatie prévaloir. Il n’est jamais trop tard », a commenté l’eurodéputée italienne Tiziana Beghin (Mouvement 5 étoiles, non-inscrit au parlement européen), cosignataire de la lettre.

De son côté, l’UEFA n’a pas encore pris de décision. Elle indique qu’elle  » surveille constamment et de près la situation et que toute décision serait prise en temps voulu si nécessaire « , mais  » à l’heure actuelle, il n’est pas prévu de changer de lieu ». Toutefois, d’après des informations de la BBC, l’UEFA est « presque certaine de changer le lieu de la finale ».

La Gazprom Arena a récemment également accueilli plusieurs matchs de l’Euro 2020. (Peter Kovalev/TASS/Sipa USA)

Un autre enjeu, plus important

Si cette affaire fait les gros titres de la presse – surtout sportive – une autre commence à poindre. Celle du solide partenariat qui unit l’UEFA à Gazprom. Le géant énergétique russe est l’un des principaux sponsors de la Ligue des Champions depuis 2012.

Selon le groupe de recherche SportBusiness Sponsorship, avec leur accord 2018-2021, Gazprom a donné environ 40 millions d’euros par saison à l’UEFA pour que son nom apparaisse presque partout où les yeux des téléspectateurs européens – et bien sûr bien au-delà – sont rivés. A savoir la Ligue des Champions. Un partenariat qui a été prolongé l’an dernier jusqu’en 2024. Et renforcé. Avec un sponsoring étendu à la phase finale des éditions 2020 (jouée à l’été 2021) et 2024 de l’Euro, aux qualifications de l’Euro 2024 et à la phase finale des éditions 2021 et 2023 de la Ligue des Nations.

Les eurodéputés demandent donc ni plus ni moins, en plus d’une relocalisation de la prochaine finale de la Ligue des Champions, de mettre fin à la coopération avec Gazprom en tant que sponsor de l’UEFA. L’enjeu est évidemment bien plus important. Et l’UEFA semble moins encline à s’y intéresser, croit savoir le Financial Times, à qui elle a simplement répondu qu’elle « continuerait à suivre de près la situation ».

« Pas un accord de sponsoring comme les autres »

Selon Tim Crow, expert en marketing sportif, la résiliation d’un tel contrat résulte généralement du fait qu’une entreprise n’est plus en mesure de payer ses factures. On n’est donc pas dans ce cas de figure-là. Autre possibilité: la société en question fait « quelque chose qui jetterait le discrédit sur ce qu’elle sponsorise ». « Il faudrait avoir un motif valable pour déchirer ce contrat de parrainage. Ce serait une décision importante », explique-t-il.

Gapzrom est étroitement liée à l’Etat russe – qui est son principal actionnaire – mais elle n’est pas le gouvernement russe directement. Une nuance sur laquelle l’UEFA pourrait jouer pour maintenir son juteux contrat avec elle. Et qui profiterait bien sûr à la Russie, laquelle y trouve là une de ses plus importantes vitrines européennes.

Simon Chadwick, spécialiste d’économie et de géopolitique du sport et professeur à l’Emlyon Business School de Paris, estime que le football européen s’est retrouvé « somnambule dans cette situation pendant la majeure partie des 15 dernières années. Selon lui, le deal entre l’UEFA et Gazprom n’est pas un accord de sponsoring comme les autres. « Les sponsors viennent avec un bagage et, dans le cas de Gazprom, nous pouvons clairement voir quel est ce bagage », a-t-il commenté.

Schalke 04 gardera Gazprom sur son maillot

Notons enfin que le très populaire club allemand de Schalke 04, qui a Gazprom pour sponsor principal depuis 2006, a déjà expédié la question. Saluant un « partenaire fiable » et un fournisseur de gaz important de la République fédérale d’Allemagne, la direction du club a indiqué maintenir son partenariat avec l’entreprise russe.

Citée par le radiodiffuseur public allemand ARD, la direction du club a simplement dit qu’elle « suivra les développements ultérieurs, les évaluera et lancera un appel urgent à la paix – pour protéger les personnes touchées par la crise ». Elle ne s’est donc pas distancée de Gazprom et n’a pas directement évoqué l’escalade des tensions en Ukraine. En revanche, la direction de Schalke 04 a tenu à souligner que son contrat de sponsoring était officiellement signé avec… la filiale allemande de Gazprom, à savoir Gazprom Germania.

Schalke 04 ne compte pas rompre son contrat avec Gazprom. (Isopix)

Dans un tweet, l’eurodéputé allemande Viola von Cramon-Taubadel a fustigé « la dépendance à l’égard de l’argent russe est un gros problème – également dans le sport ». « Nous sommes politiquement vulnérables et ouverts au chantage », a-t-elle écrit.

Rappelons que l’Allemagne a annoncé mardi suspendre la procédure de certification du (controversé) gazoduc Nord Stream 2.

Schalke 04 a contracté des dettes à hauteur de 240 millions d’euros en 2021. Gazprom lui fournit 10 millions d’euros par saison, un montant qui pourrait être doublé si le club basé à Gelsenkirchen, relégué en deuxième division l’an dernier, retrouve l’élite du football allemand. Faire une croix sur ce contrat semble tout simplement insoutenable pour ses finances.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20