Avec son entreprise touristique, Eric Cantona promet « les voyages de football les plus passionnés de la planète »

Une agence de voyages a vu le jour, spécialisée dans une niche : les matchs de football. Au-delà des voyages qui peuvent être proposés par des tour-opérateurs, l’agence d’Eric Cantona se concentre sur le ballon rond et promet des expériences centrées sur la culture footballistique d’une ville qui vit le football. Le public visé est haut de gamme.

Barcelone, Inter Milan, Liverpool, Manchester United, Paris Saint-Germain, Real Madrid, Atletico Madrid, Sporting Portugal, Boca Juniors et Raja Casablanca. Voici les grandes équipes qu’il est possible de visiter avec Looking FC, agence de voyages spécialisé autour du football, présentée par l’ancien joueur Eric Cantona et la start-up Dharma.

« Pendant des années, j’ai voyagé en quête de football. Le genre de football qui vous fait battre le cœur. Et qui donne vie au stade. Si, comme moi, vous êtes à la recherche de football pur, j’ai ce qu’il vous faut. Casablanca, Madrid, Barcelone, Paris, Milan, Manchester, Liverpool, Lisbonne, Buenos Aires. Bienvenue chez Looking FC. Les voyages de football les plus passionnés de la planète « , décrit l’ex-joueur de Manchester United dans une vidéo de présentation, reprise par BFM Business.

Si des tours opérateurs organisaient déjà des voyages vers des stades, notamment à travers des partenariats avec des clubs, la spécialisation d’une agence de voyage qui ne se dédie qu’à cette niche, et ce pour des voyageurs très fortunés, semble être une nouveauté.

Le public ciblé est effectivement un public haut de gamme : il faut calculer 2.620 euros pour aller voir Liverpool affronter l’Inter de Milan en ligue des champions (frais de voyage exclus). Le match le moins cher de la liste commence à 1.290 euros, et c’est le derby de Casablanca au Maroc (Raja – Wydad), réputé comme le derby le plus « chaud » d’Afrique, qui se trouve sur la bucket list de nombreux passionnés du ballon rond. On retrouve également le derby de Buenos Aires, le superclasico entre le River Plate et les Boca Juniors, avec un prix de départ de 1.490 euros.

Meilleures places

Le voyage propose tout un week-end d’expériences. Il s’agit d’un voyage pour un groupe de plusieurs personnes (groupe privé ou individus ne se connaissant pas), avec un guide. L’accent est également mis sur la découverte de la cuisine et de la culture locale, le tout centré autour de la culture footballistique. Des ateliers ou rencontres avec des fans sont également prévus, comme pour apprendre les chants, ou des visites des différents graffitis à l’effigie des clubs ou groupes de supporters, peut-on également lire dans les description des voyages, qui varient selon chaque événement.

L’élément clé reste évidemment le match en lui-même. Et pour y assister, l’agence ne propose pas des places en loge VIP, mais des places dans les tribunes où se concentre toute l’ambiance des matchs, sous le slogan « du vrai football, des vrais supporters ». Des places dans le Kop d’Anfield, à Liverpool, ou le Virage Nord du Parc des Princes à Paris – des places très difficiles à avoir pour toute personne curieuse d’assister à un match, à moins d’être un abonné ou de passer par de telles organisations extérieures.

Disneylandisation?

Quand les dégoûtés s’en vont, il ne restera que les dégoûtants, veut en fameux adage. Dans le monde des supporters de football, il est largement répandu. Les « vrais supporters », ceux que l’agence de voyages vend comme l’élément clé du voyage, se sentent poussés hors des stades. En Angleterre notamment, les places sont devenues de plus en plus chères, et de nombreux supporters ne se rendent plus dans les stades. Ils s’en détournent même pour créer leurs propres clubs de football. Ils critiquent les clubs qu’ils soutiennent ou soutenaient d’être devenus un objet de marketing, hypercommercialisé, et d’avoir perdu la connexion avec l’agglomération locale qu’ils sont censés représenter.

La création, quoique morte dans l’oeuf, d’une Super League européenne, compétition fermée entre les clubs les plus riches, a été le dernier exemple en date qui a enflammé les supporters contre leurs clubs, critiqués de saborder l’esprit même du sport (chances égales pour entrer dans une compétition) pour traire la vache à lait que sont les droits de télévision.

Ces supporters sont aussi contre l’idée que leur club devienne une sorte de Disneyland pour touristes en quête de sensations fortes. Dans le milieu, les curieux qui viennent dans les stades pour voir un match ou pour afficher leur expérience sur les réseaux sociaux sont appelés des footix, et mal vus par les communautés de supporters, souvent fermées et hostiles à de tels « touristes ». Or, si elle joue le jeu, il n’est pas sûr que cette petite dizaine de personnes se fera remarquer.

« Donner en retour »

L’agence Looking FC peut alors rétorquer qu’elle fait profiter les communautés locales, et qu’elle n’organise pas de vacances business pour des sponsors des clubs (qui ont des places gratuites et sont souvent critiqués par les supporters). Elle donne notamment une voix, dans les voyages, aux représentants des supporters ou des organisations locales pour chaque événement, comme une banque alimentaire dans le ville de Liverpool qui collecte de la nourriture les jours de matchs, ou une association madrilène qui collecte des vêtements pour les enfants défavorisés. 1% des revenus générés est également donné à l’initiative Global Goals des Nations Unies.

Eric Cantona, qui a pris lui-même la défense des supporters à de nombreuses reprises, peut également leur servir comme gage de l’authenticité cherchée dans ces voyages.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20