Plus d’un million d’Américains ont reçu une 3e dose de vaccin non autorisée

Le nombre réel d’Américains ayant reçu une troisième dose de vaccin contre le coronavirus serait bien plus important que le chiffre avancé par l’agence de santé américaine, la CDC. Ils n’en avaient pourtant pas droit.

Pourquoi est-ce important ?

Si plusieurs pays se préparent à administrer une troisième dose de vaccin à leurs ressortissants, ce n’est pas encore le cas des États-Unis. La question est pourtant sur la table pour les personnes immunodéprimées. Mais pour la CDC, une vaccination complète est suffisante.

Avec un mois de retard, les États-Unis sont parvenus à administrer au moins une dose de vaccin Covid-19 à 70% de sa population. Selon la CDC, 50,3% des Américains sont aujourd’hui totalement vaccinés. Ils ont donc reçu l’unique ou les deux doses de vaccin nécessaires pour prévenir les formes graves du virus. Malgré un cycle complet de vaccination recommandé par les experts, les laboratoires et l’OMS, bon nombre d’Américains seraient parvenus à obtenir une troisième dose de vaccin.

Selon un rapport des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) obtenu par ABC News, plus d’un million d’Américains auraient en effet obtenu un rappel de vaccin non autorisé. Un chiffre qui serait d’ailleurs inférieur au nombre réel, estime la CDC.

La crainte du variant Delta

Cette volonté de recevoir plus de vaccins que le nombre préconisé par les experts s’explique tout simplement par la peur de contracter le virus ou l’un de ses variants. Au fil des mois, le coronavirus a en effet muté et plusieurs nouvelles formes du virus sont apparues aux quatre coins du monde, dont le Delta, deux fois plus contagieux. Certaines personnes craignent que les vaccins Covid-19 soient finalement insuffisants contre les variants.

De plus, certains remettent en question l’efficacité du vaccin à une dose, élaboré par le laboratoire Johnson & Johnson. C’est pourquoi ils préfèrent recevoir ceux de Pfizer ou de Moderna en plus, histoire d’être sûrs d’être totalement immunisés.

Des discours contradictoires

Cette peur est malheureusement entretenue par les laboratoires eux-mêmes qui n’excluent pas qu’une troisième dose soit nécessaire dans un futur plus ou moins proche pour éviter le déclin de l’immunité. Une affirmation qui n’est pas partagée par l’OMS – qui prône d’ailleurs pour un moratoire momentané sur les 3e doses, afin que les pays les plus pauvres puissent vacciner leur population – ni par les États-Unis.

La Food and Drug Administration n’a pour l’instant pas autorisé de troisième injection sur le sol américain, même si la question reste en suspend concernant les personnes immunodéprimées. Cela devrait d’ailleurs entrer en vigueur en septembre. En attendant, certains médecins encouragent déjà certains de leurs patients à se faire injecter une troisième dose.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés