Des pirates informatiques attaquent l’Estonie en représailles du monument de guerre soviétique enlevé

Des pirates informatiques russes ont lancé mercredi une série de cyberattaques contre plusieurs institutions gouvernementales et entreprises privées en Estonie. Les Russes ont agi de la sorte après que le pays balte a retiré un monument de guerre soviétique et a décidé de retirer les visas touristiques aux Russes.

« L’Estonie a été frappée par la cyberattaque la plus importante depuis 2007 », a déclaré Luukas Ilves, responsable des communications du gouvernement. « Cependant, les attaques n’ont pas été efficaces et E-Estland est toujours opérationnel. Les services n’ont pas été perturbés. À quelques courtes et mineures exceptions près, tous les sites web sont restés entièrement disponibles tout au long de la journée. L’attaque est passée largement inaperçue dans notre pays », a déclaré Ilves.

Le même jour, le groupe russe KillNet a revendiqué l’attaque via son canal Telegram. Le groupe est un collectif de hackers pro-russes brutaux, qui coopère occasionnellement avec les services de sécurité de Moscou. Via Telegram, KillNet a déclaré avoir pris des mesures en réponse à la suppression d’un monument soviétique de la guerre de 40-45 dans la ville estonienne de Narva.

Les États baltes sont en première ligne

Les États baltes sont la ligne de front du cyberconflit qui oppose les gouvernements européens aux pirates informatiques russes. La semaine dernière, par exemple, le parlement letton a subi une attaque par Distributed Denial-of-Service (DDoS) de la part du même groupe de pirates Killnet, après avoir voté en faveur du fait de déclarer la Russie comme « État soutenant le terrorisme ».

La Lituanie a également été confrontée à une série d’attaques numériques après avoir bloqué la ligne ferroviaire menant à l’exclave russe de Kaliningrad en réponse aux sanctions occidentales.

Suppression d’un monument soviétique

Les attaques contre l’infrastructure numérique de l’Estonie ont eu lieu après que le gouvernement a décidé de retirer un monument soviétique dans la ville orientale de Narva. « Le gouvernement a décidé d’enlever le monument de guerre de l’ancien régime étranger dans la ville. De cette manière, nous voulons éviter qu’il ne crée davantage d’hostilité dans la société et qu’il n’ouvre de vieilles blessures », a déclaré mardi la Première ministre Kaja Kallas.

L’Estonie, tout comme la Lettonie et la Lituanie, a été occupée par l’Union soviétique de 1940 à 1991. Le retrait du char ouvre la voie à un effort plus large du gouvernement visant à retirer tous les monuments soviétiques commémoratifs de la Seconde Guerre mondiale des espaces publics du pays d’ici la fin de l’année. C’est ce qu’a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20