Pas un gramme de coke: cet acier vert va permettre à Volvo de construire des voitures encore moins polluantes

Aujourd’hui, quand on pense « voitures zéro-émission », on pense automatiquement à leur motorisation, et à l’électrification du parc mondial. Pour rendre les véhicules moins polluants, il convient également de se pencher sur leur structure, où l’acier est archi-présent.

Selon les calculs de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le secteur du fer et de l’acier est responsable de 2,6 gigatonnes d’émissions directes de dioxyde de carbone chaque année. En 2019, ce chiffre était supérieur aux émissions directes de secteurs tels que le ciment et les produits chimiques.

Avec le minerai de fer et la chaux, le coke constitue traditionnellement l’un des principales composants de l’acier. Ce dernier est issu du charbon, le combustible fossile aux plus lourdes émissions de dioxyde de carbone du monde.

« Premier acier sans énergie fossile au monde »

Désireuse de créer un acier nettement moins nocif, la société suédoise SSAB a décidé de remplacer le coke – et, par extension, le charbon – par de l’hydrogène vert, obtenu par électrolyse de l’eau via de l’énergie renouvelable. Pour rendre le processus encore un peu plus vert, elle a utilisé des fours à arc électrique eux aussi alimentés avec de l’énergie renouvelable. En outre, les opérations minières servant à fournir le minerai de fer ont elles aussi été pensées pour ne pas émettre de CO2.

Résultat: SSAB a mis au point ce qu’elle appelle le « premier acier sans [énergie] fossile au monde ».

Dans un communiqué , l’entreprise suédoise a déclaré que cet essai constituait « une étape importante sur la voie d’une chaîne de valeur totalement exempte de combustibles fossiles pour la fabrication du fer et de l’acier ».

« Le premier acier sans fossile au monde n’est pas seulement une avancée pour SSAB, il représente la preuve qu’il est possible d’effectuer la transition et de réduire considérablement l’empreinte carbone mondiale de l’industrie sidérurgique », a ajouté Martin Lindqvist, président et PDG de SSAB.

Volvo, premier client

SSAB estime qu’elle pourra développer la technologie de telle sorte à démarrer la production de cet acier vert à l’échelle industrielle d’ici 2026.

Parmi les nombreuses industries qui pourraient être intéressées par cet acier vert, il y a donc l’automobile. C’est dans ce secteur qu’on retrouve le premier client de SSAB: Volvo. La marque suédoise, qui appartient au groupe chinois Geely, a déjà reçu ses premières livraisons. Cet acier non-fossile doit faire partie de l’arsenal qui doit lui permettre d’atteindre son objectif de neutralité climatique, fixé à 2040.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés