Pourquoi Mercedes-Benz ouvre-t-elle une usine en Russie ?

Le marché automobile fournit une excellente mesure de l’état de l’économie russe. Alors que Ford a récemment annoncé son intention de quitter le pays, l’Allemand Daimler a ouvert une première usine Mercedes-Benz en Russie. L’entreprise allemande vise le soutien des fonctionnaires russes pour les marques de luxe. C’est une bonne idée, car en Russie, la stagnation économique n’a que peu ou pas d’influence sur la dépense des deniers publics.

L’usine Mercedes-Benz est située à Yesipovo, à 40 km de la capitale Moscou. Elle a été inaugurée la semaine dernièrepar le président russe Vladimir Poutine, le ministre allemand de l’Economie Peter Altmaier et le directeur général de Daimler, Dieter Zetsche. Tant de fanfare ne devrait pas surprendre. Il s’agit du premier site de production sous contrôle étranger ouverte en Russie depuis que l’Occident a annoncé des sanctions économiques contre le pays en 2014.

Mercedes-Benz a investi 19 milliards de roubles (260 millions d’euros) dans cette usine. Les Allemands embaucheront 1 000 personnes et vont y fabriquer des berlines E-Klasse haut de gamme.

Daimler a besoin d’une usine en Russie pour pouvoir répondre aux appels d’offres du gouvernement russe. En effet, une loi russe interdit aux autorités publiques et aux entreprises d’acheter des voitures qui ne sont pas produites grande partie en Russie. En 2017, la Russie a encore renforcé cette réglementation. En conséquence, les usines russes d’Audi et de BMW ont perdu le droit de soumissionner pour les marchés publics.

Mercedes est la voiture de luxe la plus populaire parmi les officiels russes

Avant le durcissement des règles, Mercedes était la voiture de luxe la plus populaire parmi les officiels russes. Ils ont une nette préférence pour les voitures de luxe dont le prix est d’environ 180 000 euros.

Traditionnellement, les marques de luxe sont moins sensibles aux crises économiques que les modèles ordinaires.  En Russie, les revenus n’ont pas augmenté au cours des cinq dernières années et les inégalités de revenus augmentent. Mais tout comme dans le reste du monde, les riches en Russie sont moins troublés par la crise que l’homme de la rue.

Le gouvernement n’est pas touché par la crise économique

Les analystes considèrent donc l’usine russe Mercedes comme un excellent exemple d’investissement qui peut fonctionner dans la Russie d’aujourd’hui. Il est absurde d’espérer que la demande augmente dans une économie en stagnation, mais les projets exclusivement consacrés aux dépenses publiques ont de très bonnes chances de rapporter de l’argent.