Ces trois facteurs sont nécessaires pour une reprise solide du marché boursier, selon JPMorgan

Malgré une inflation moins haute que prévu en octobre, un changement de stratégie de la Fed concernant l’évolution des taux d’intérêt n’est pas encore à l’ordre du jour, selon la banque d’investissement JPMorgan.

Pourquoi est-ce important ?

Pour beaucoup, une inflation légèrement inférieure aux prévisions est de bon augure concernant la stratégie de la Fed. Un indice que Wall Street devrait prochainement repartir à la hausse. Pourtant, certains estiment qu’il est encore trop tôt pour crier victoire. Plusieurs facteurs doivent encore être rassemblés pour que la Réserve fédérale américaine se décide à changer son fusil d’épaule et donc, à ralentir la hausse de ses taux d’intérêt, voire à faire marche arrière.

Dans l’actu : le marché boursier ne connaîtra pas de reprise soutenue sans une réduction des taux d’intérêt, assure JPMorgan dans une note consultée par Business Insider.

  • Or, pour l’heure, elle n’a pas vraiment de raison de le faire. Une inflation légèrement inférieure aux prévisions n’est en effet pas suffisante.

Contexte : le S&P 500 a bondi de 14 % suite à l’annonce d’une inflation moins forte que prévu en octobre. Or, de plus en plus d’investisseurs craignent qu’il ne s’agisse que d’un rallye du marché baissier qui céderait sa place à une baisse plus importante lorsque la Fed annoncera une nouvelle hausse de ses taux d’intérêt le mois prochain.

« Tant que les banques centrales augmenteront les taux ou les maintiendront aux niveaux élevés actuels, nous pensons que les actifs seront limités avec un risque de baisse plus prononcé. »

Marko Kolanovic de JPMorgan.

Concrètement : les trois facteurs nécessaires pour une baisse des taux d’intérêt.

  • Pour que cela se produise, la banque d’investissement assure qu’une combinaison de 3 facteurs devra se matérialiser, à savoir une augmentation du chômage, une baisse de l’inflation et « quelque chose qui se brise sur les marchés financiers ».
  • Pour l’heure, le marché américain de l’emploi reste en très bonne forme. Il y a donc peu de chance qu’un changement de cap au sein de la Réserve fédérale se produise de si tôt.
  • La banque d’investissement estime en effet qu’il ne faut pas s’attendre à un tel évènement avant l’année prochaine, sans plus de précision.

« Comme une augmentation du chômage n’est pas susceptible de se produire très bientôt, les marchés seront à la limite entre l’attente de meilleures données sur l’inflation, le ralentissement de l’économie et des bénéfices et la hausse des risques d’un accident financier. »

Le risque d’une récession

  • La fin d’année 2023 pourrait être marquée par une récession de l’économie américaine, selon les prévisions de JPMorgan. Une éventualité qui pourrait pousser la Fed à mettre sur pause la hausse des taux d’intérêt, voire à inverser la tendance, en vue d’assouplir les conditions financières.
  • Tant que ce n’est pas le cas, les investisseurs ne devraient pas mettre trop d’espoirs dans un rallye boursier, avertit la banque d’investissement, à moins évidemment que la Fed ne montre des signes qu’elle s’éloigne d’un resserrement et s’oriente vers un assouplissement des conditions financières.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20