Les trois raisons pour lesquelles les politiciens maintiennent des restrictions illogiques sur les voyages internationaux

Ceux qui ont voyagé à l’étranger cet été ont dû se frayer un chemin dans un labyrinthe de tests Covid-19, de quarantaines et autres formulaires de permission, et ceux-là font encore partie des chanceux. De nombreuses personnes dans le monde n’ont pas été en mesure de voyager du tout. Quel est le raisonnement qui sous-tend la manière souvent désordonnée et unilatérale dont les pays ont conçu, imposé et appliqué les restrictions de voyage liées au coronavirus ?

Pourquoi est-ce important ?

En l'état actuel des choses, le Covid-19 ne disparaîtra peut-être jamais vraiment et de grandes parties du monde resteront non vaccinées pendant des années encore. Les politiciens ne semblent pas reconnaître le danger inhérent aux restrictions de voyage interminables appliquées à cause du virus.

Les restrictions actuelles sont une mosaïque, avec apparemment peu de science ou de raison derrière elles. Les Européens, par exemple, ne sont pas autorisés à se rendre aux États-Unis, même si l’Union européenne et le Royaume-Uni ont des taux de vaccination plus élevés que les États-Unis. La plupart des Européens vivant aux États-Unis avec un visa de non-immigrant (donc tout sauf une carte verte) peuvent quitter le pays et se rendre en Europe, mais ils ne peuvent pas revenir à moins de passer deux semaines dans un pays qui n’est pas « interdit », même si ce pays a un taux d’infection beaucoup plus élevé. L’administration Biden n’a jamais défendu les spécificités de l’interdiction de voyager – pourquoi l’Allemagne, mais pas la Turquie ? – mais a récemment confirmé que les restrictions resteraient en place pour l’instant. Il faudra probablement des mois avant qu’il y ait un ajustement.

L’UE a rouvert les voyages entre ses États membres et levé les restrictions imposées à 23 pays. Cependant, chacun a ses propres règles sur qui doit faire quoi en fonction de l’endroit d’où il revient. Les déplacements entre le Royaume-Uni et l’UE sont également toujours limités et les règles changent constamment, soit parce que Londres ajoute un nouveau pays à sa liste orange ou rouge, soit parce qu’un pays de l’UE interdit les Britanniques. Clément Beaune, secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes, a récemment qualifié les restrictions imposées par le Royaume-Uni à son pays de « discriminatoires », « excessives » et « incompréhensibles ».

Les Australiens ne sont pas autorisés à quitter leur propre pays et si un Australien vacciné veut rentrer chez lui depuis l’étranger, il doit passer deux semaines en quarantaine dans un hôtel géré par le gouvernement, généralement à ses frais, en espérant qu’une place – elles sont limitées – soit disponible. Pendant ce temps, la Chine et un certain nombre d’autres pays asiatiques sont fermés à la plupart des étrangers.

Les gouvernements ont constaté très tôt dans la pandémie que les coûts politiques des restrictions de voyage étaient négligeables

Il y a trois raisons principales pour maintenir des restrictions illogiques sur les voyages internationaux. Premièrement, les gouvernements ont réellement peur des variants, notamment le Delta, d’autant que les taux de vaccination dans le monde sont encore relativement faibles. Par exemple, la moitié des Américains ne sont pas complètement vaccinés et ce chiffre est encore plus élevé en Asie. Si les restrictions aux voyages sont assouplies maintenant, le nombre d’infections ne peut que s’aggraver. Et il y a des arguments à faire valoir pour cela.

Mais ce qui est également vrai – et l’était même avant l’apparition de Delta – c’est que les coûts politiques des restrictions de voyage se sont avérés négligeables dès le début de la pandémie. Il est beaucoup plus facile d’appliquer ou de renforcer les restrictions aux voyages que d’imposer des mesures telles que le port du masque, l’instauration de passeports vaccinaux ou la mise en place de nouveaux lockdowns. Le lobby des voyages internationaux – l’industrie du tourisme, les expatriés et ceux qui voyagent fréquemment – est relativement petit. Par conséquent, de nombreux gouvernements ne semblent pas se soucier de ce qu’ils considèrent comme une question marginale.

Les gouvernements savent eux-mêmes que leurs restrictions sont poreuses, incomplètes et incohérentes mais, et c’est la troisième grande raison pour laquelle nous en avons toujours, il est plus facile de les maintenir que de les réformer. Les barrières, quelles qu’elles soient, contribuent à décourager les déplacements, et c’est le message qu’ils veulent faire passer.

Pourtant, la liberté de circulation est un pilier essentiel de l’ordre international de l’après-guerre froide

Personne ne pense que les restrictions dureront indéfiniment, mais il n’y a pas de calendrier ou de processus pour décider quand elles prendront fin. Il n’y a pratiquement pas eu de coordination internationale sur cette question. Le sujet n’a pas été abordé lors des sommets du G7, du G20 ou de l’UE. À l’exception de la chancelière allemande Angela Merkel qui a soulevé la question avec Joe Biden en juillet, le sujet n’a pratiquement pas été abordé lors des discussions en tête-à-tête entre les dirigeants.

En l’état actuel des choses, le Covid-19 ne disparaîtra peut-être jamais vraiment et de grandes parties du monde resteront non vaccinées pendant des années encore. Les politiciens doivent reconnaître le danger inhérent aux restrictions perpétuelles sur les voyages et établir un processus pour les supprimer complètement à terme. Mais pour l’instant, peu de gens semblent se préoccuper de ce que nous pourrions perdre si nous étions coupés les uns des autres.

La liberté légale de circulation est néanmoins un pilier essentiel de l’ordre international de l’après-guerre froide. Elle a donné à des millions d’étudiants la possibilité d’étudier à l’étranger. Cela a conduit à des mariages et à la création de familles. Elle favorise la compréhension mutuelle. Elle crée des emplois et stimule l’innovation.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés