Les meilleurs clients ne reviendront pas de sitôt : pourquoi l’absence de touristes chinois est une énorme tragédie

Cette année aurait dû être celle du retour en force des voyages et du tourisme. En Europe et en Asie, de nombreux pays ont rouvert leurs aéroports et accueilli les touristes. Mais ils sont confrontés à une nouvelle réalité : des variants comme Omicron provoquent une panique mondiale, amenant les gouvernements à fermer à nouveau les frontières. Mais le plus gros problème pour l’industrie mondiale du tourisme est le suivant : ses plus gros et meilleurs clients – les touristes chinois – ne reviennent pas pour l’instant. Et cela ne semble pas près d’arriver de sitôt.

Pourquoi est-ce important ?

Les touristes chinois ont dépensé environ 250 milliards d'euros en 2019, soit plus que toute autre nationalité. Leur absence prolongée signifie qu'il est peu probable que les recettes des voyages retrouvent de sitôt les niveaux antérieurs à la pandémie.

Dans le cadre de ses efforts pour maintenir une approche zéro-covid, la Chine a annoncé que les vols internationaux seront maintenus à 2,2 % des niveaux précovid en hiver. Depuis le mois d’août, le pays a presque totalement cessé de délivrer de nouveaux passeports et a imposé une quarantaine de 14 jours à tous les arrivants. Le retour en Chine nécessite également des montagnes de paperasse et de multiples tests Covid-19.

Aucun pays n’a été aussi crucial pour le marché mondial du voyage et du tourisme au cours de la dernière décennie que la Chine. Les touristes chinois ont dépensé environ 250 milliards d’euros en 2019, soit plus que toute autre nationalité. Leur absence prolongée signifie qu’il est peu probable que les recettes des voyages retrouvent de sitôt les niveaux antérieurs à la pandémie. Et les analystes disent qu’il pourrait s’écouler jusqu’à deux ans avant la réouverture complète de la Chine.

Jusqu’à 95 % des entreprises touristiques fermées dans les pays asiatiques

La récente découverte du variant Omicron a incité des pays à rétablir des restrictions sur les voyages ou à exclure purement et simplement les voyageurs. C’est un nouveau coup dur pour une industrie qui, tout en étant encore sous le choc du manque de touristes chinois, commençait à peine à se redresser. La récession frappe particulièrement l’Asie du Nord et du Sud-Est. La Chine est de loin la première source de tourisme dans cette région.

Au Vietnam, selon le gouvernement, la pandémie a entraîné la fermeture ou la suspension des activités de plus de 95 % des entreprises touristiques. Avant la pandémie, les visiteurs chinois affluaient dans les stations balnéaires de Da Nang et Nha Trang, représentant environ 32 % des touristes étrangers entrant dans le pays.

Les endroits qui accueillent les touristes chinois voyageant en groupe ont été les plus durement touchés. Sur l’île sud-coréenne de Jeju, populaire auprès des visiteurs chinois, car ils peuvent y entrer sans visa, le nombre de touristes en provenance de Chine a chuté de plus de 90 %, passant de plus d’un million en 2019 à 103 000 en 2020. De janvier à septembre de cette année, ce nombre n’était que d’environ 5 000. La moitié des boutiques hors taxes destinées aux touristes chinois de Jeju ont dû fermer et, dans le centre commercial Big Market, le lieu de shopping le plus populaire de l’île, tous les employés sauf trois ont été licenciés.

Un problème en Europe, car les Chinois y dépensaient beaucoup d’argent

Les visiteurs chinois représentent une part plus faible du marché touristique total en Europe par rapport à l’Asie, mais leur nombre avait néanmoins augmenté rapidement dans les années précédant la pandémie. Entre 2012 et le début de la pandémie, le nombre de Chinois venus en vacances dans l’UE a triplé (passant d’un bon 5 millions à 15 millions).

Mais le nombre de Chinois qui viennent en Europe pour les vacances (et qui restent maintenant à l’écart) ne reflète pas l’impact réel. En effet, les touristes chinois dépensent beaucoup plus d’argent en Europe que les touristes de l’UE elle-même ou d’autres régions du monde. Après tout, les touristes chinois veulent tirer le meilleur parti de leur voyage en Europe. Ils n’ont pas beaucoup de temps libre, et pour la plupart des gens, un voyage lointain jusqu’en Europe sera le seul de leur vie. Ils veulent donc s’assurer qu’ils peuvent voir et faire autant de choses que possible. Et cela peut coûter cher. Les dépenses moyennes vont de 1 500 à 3 000 € par voyage en Europe, selon la destination, et les touristes chinois ont dépensé environ 180 € par jour en France en 2019. Un tiers de leurs dépenses ont également été consacrées à l’achat de produits de détail, notamment de produits de luxe, avec un taux de croissance annuel de 9 %.

Ces dernières années, les touristes chinois n’ont pas été classés parmi les 10 visiteurs les plus fréquents en Espagne par nationalité, mais leurs dépenses les ont placés en première place. Selon un rapport de la Commission européenne du tourisme, la France était la destination la plus populaire en dehors de l’Asie pour les touristes chinois avant la pandémie. En 2018, 2,2 millions de touristes chinois ont visité la France et dépensé un total de 4 milliards d’euros. En 2019, plus de 2,4 millions de Chinois ont voyagé en France.

Chaque année, l’UE perd près de 10 milliards d’euros de recettes

Le tourisme est l’une des industries les plus importantes en Europe, contribuant à 3,9 % du PIB de l’UE en 2018 et représentant 5,1 % de la main-d’œuvre totale, soit 11,9 millions d’emplois. Les pertes économiques totales dues au manque de touristes chinois en Europe, déjà pour la deuxième année consécutive et peut-être l’année prochaine, s’élèvent à près de 10 milliards d’euros par an.

En 2019, deux millions de touristes chinois ont visité l’Italie. Cette année-là, les Chinois représentaient encore environ 40 % des visiteurs internationaux du Colisée de Rome. Le site avait adapté ses panneaux et ses guides pour inclure la langue chinoise, en plus de l’anglais et de l’italien. Comme beaucoup d’autres endroits, Rome a pris des mesures pour accueillir les visiteurs chinois. Elle a appris à ses chauffeurs de taxi à remercier ses clients chinois par un « xie xie », ou « merci » en mandarin. Son principal aéroport, Fiumicino, a même proposé un service personnel de shopping hors taxes pour attirer les voyageurs chinois.

Leur disparition a porté un « coup dévastateur » aux entreprises qui avaient investi dans ce groupe particulier, selon Fausto Palombelli, responsable du département tourisme d’Unindustria, une association d’entreprises de la région du Latium, qui comprend Rome. Le nombre de touristes internationaux arrivant en Italie reste de toute façon inférieur de 55 %, contre une baisse de 48 % dans toute l’Europe, selon les statistiques publiées en juin par l’ENIT, l’agence nationale du tourisme.

Mais l’absence des touristes chinois se fait sentir plus durement dans des pays européens qui ne semblent pas si évidents. La Hongrie et la République tchèque étaient les destinations les plus populaires en Europe centrale et orientale pour les touristes chinois. Ils représentaient 50 % de l’ensemble des touristes dans ces pays avant la pandémie.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20