Boom du tourisme à Palerme: « La ville est devenue adulte, nous n’avons plus peur de la mafia »

Vous prévoyez de visiter une ville cet été, mais vous ne savez pas encore laquelle ? Il y a des choix pires que la capitale sicilienne. La cinquième ville d’Italie fait désormais tout son possible pour dissiper les clichés mafieux qui circulent à son sujet.

Les clichés, cependant, sont souvent vrais. En effet, pendant des années, la Cosa Nostra a régné sur Palerme. Mais la célèbre mafia sicilienne n’a plus la ville sous son emprise. Et finalement, pour une fois, « la mafia s’est avérée être notre grande chance », a déclaré le maire Leoluca Orlando dans Het Financieele Dagblad. Maintenant, le touriste est la puissance supérieure.

Changement de mentalité

« Il n’y a pas de ville en Europe qui ait plus culturellement changé que Palerme au cours des 40 dernières années. Et nous devons remercier la mafia pour cela », a renchéri Orlando. Le maire, qui a fait des études de droit, s’est donné pour mission de couper les tentacules du crime organisé dans la communauté. Pour ce faire, il a utilisé l’adage accrocheur : « Nous sommes une communauté ».

Son courage politique est à l’origine du fait que Palerme est l’une des destinations touristiques les plus dynamiques, avec un taux de croissance annuel de 30% avant la pandémie. C’est trois fois plus que la moyenne italienne.

M. Orlando rejette les entreprises de construction suspectes, fait construire des tramways et des zones piétonnes et s’engage personnellement en faveur des droits de l’homme. Selon ce politicien charismatique (un social-démocrate), la culture stimule l’économie. Il cite avec fierté les quelque 3.000 chambres d’hôtes que compte sa ville. « Nous nous sommes libérés de la honte de la mafia », se félicite-t-il.

Palerme en images

Dire que Palerme a une histoire riche est un euphémisme. La ville a été gouvernée successivement par les Phéniciens, les Romains, les Byzantins, les Arabes et les Normands. Cela se reflète dans l’architecture.

This image has an empty alt attribute; its file name is michele-bitetto-sD1g_ogRIh8-unsplash-1627035209-1024x768.jpg
Le centre de Palerme. (Unsplash)

La ville s’étend aux quatre coins formés par l’intersection de deux grandes artères: Corso Vittorio Emanuele et Via Maqueda, toutes deux datant du XVIe siècle.

This image has an empty alt attribute; its file name is CV_palermo-1627035239-706x1024.jpeg
La Via Vittorio Emanuele. (Unsplash)

Les quatre quadrants résultant du croisement des deux routes sont décorés de statues de style baroque représentant les rois de Sicile, les saisons et les saints patrons de la ville.

This image has an empty alt attribute; its file name is Schermafbeelding-2021-07-23-om-15.03.52-1627045701.png
Statues dans le style du baroque sicilien. (YouTube)

Aux quatre coins se trouvent plusieurs quartiers médiévaux: l’Albergheria (la loge), Il Capo (le chef), la Kalsa et La Loggia. C’est dans cette zone que vous pourrez admirer les monuments les plus importants de la ville.

This image has an empty alt attribute; its file name is ricardo-gomez-angel-FURk8goiLg4-unsplash-1627035973-1024x694.jpg
Les palmiers dominent le paysage urbain de Paleme. (Unsplash)

Mais les attractions de Palerme ne se limitent pas au centre historique: à la périphérie de la ville moderne, le Parco della Favorita, le monastère des Capucins, la plage de Mondello et le mont Pellegrino méritent une visite.

This image has an empty alt attribute; its file name is henrique-ferreira-a42M7a6T1jw-unsplash-1627035420-1024x682.jpg
La plage de Mondello. (Unsplash)

Palerme en chiffres

  • Palerme compte plus de 700.000 habitants, ce qui en fait la cinquième plus grande ville d’Italie, après Rome, Milan, Naples et Turin.
  • C’est la capitale de la région autonome de Sicile.
    • La Sicile se débat depuis des années avec un retard en matière de développement économique.
    • En 2018, le produit intérieur brut (PIB) par habitant était de 18.000 euros, l’un des plus bas d’Italie (avec une moyenne nationale cette année-là de 29.700 euros).
    • La croissance du PIB entre 2009 et 2018 n’a été que de 0,14%.
    • L’île située à l’extrémité de la botte italienne se débat depuis des années avec une population vieillissante, un faible taux d’emploi (environ 41% contre 59% au niveau national) et un taux de chômage élevé (environ 20% avant le début de la pandémie, soit le deuxième taux de chômage le plus élevé d’Italie).
    • En outre, la qualité des infrastructures est médiocre, ce qui affaiblit la compétitivité.
    • Soit dit en passant, quelque 40% du fonds de relance italien sont destinés au sud de l’Italie (82 milliards d’euros), notamment à une liaison ferroviaire plus rapide et de meilleure qualité entre Palerme, Catane et Messine.
  • En matière de couverture numérique, Palerme obtient de bons résultats: la capitale est la ville « la mieux connectée » de la région méditerranéenne.
  • Le tourisme sur l’île représente environ 15% de l’économie. Rien qu’en termes de taxe touristique, Palerme fait entrer chaque année jusqu’à 3 millions d’euros dans les caisses.
  • N’hésitez pas à consulter les mesures corona qui s’appliquent aux Belges ici.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés