L’Italie rouvre ses frontières aux touristes européens à la mi-mai grâce à son propre certificat vert

Milan (Pixabay)

L’Italie n’attendra pas le passeport vaccinal européen pour relancer le tourisme. Ce certificat permettant aux personnes vaccinées ou immunisées de voyager en Europe ne sera pas disponible avant juin. Le Premier ministre italien Mario Draghi a donc annoncé la réouverture du tourisme grâce à certificat vert italien.

‘À la mi-mai, les touristes peuvent avoir le pass italien… alors le moment est venu de réserver vos vacances en Italie’, a déclaré le chef du gouvernement italien lors de la réunion du G20 sur le tourisme.

Actuellement, toute personne qui rentre en Italie doit présenter un test PCR ou antigénique négatif et doit se placer en quarantaine pendant 15 jours. À la mi-mai, ces règles devraient donc être révolues sur présentation du pass vaccinal italien.

Certificat vert italien

Ce pass vaccinal, appelé certificat vert, est en vigueur en Italie depuis le 26 avril pour les citoyens italiens. Il est donné, pour une durée de 6 mois, à toute personne qui a été vaccinée ou qui démontre une guérison récente du Covid-19. Un certificat de 48 heures existe aussi pour ceux qui montrent un test PCR négatif.

Ce passeport offre la possibilité à ses détenteurs de traverser les différentes régions de l’Italie, même si elles ne sont pas de même couleur. Le pays a créé des zones de couleurs en fonction du nombre de contaminations quotidienne. De cette manière, les zones blanches et jaunes ont très peu de restrictions et les zones orange et rouges sont plus limitées dans leur organisation. Il est également interdit de voyager sans passeport vaccinal dans une zone rouge ou orange.

Les mesures italiennes contre le coronavirus lui ont permis de gérer en mars une troisième vague beaucoup moins violente que la précédente. Les chiffres de contaminations et de décès sont également en nette diminution depuis la mi-avril.

Tourisme

Lundi, la Commission européenne a annoncé officiellement qu’à la fin juin, les frontières extérieures de l’Europe pourront rouvrir pour les touristes. Une seule condition est demandée : le voyageur doit être complètement vacciné depuis plus de 14 jours avec l’un des produits autorisés par l’UE.

Toutefois, cette proposition reste à l’appréciation de chaque membre de l’Europe. Les pays décident en effet individuellement des règles à respecter pour entrer sur son territoire. Un exemple : selon l’UE, les frontières intérieures sont ouvertes. Mais dans les faits, la plupart des pays limitent fortement l’entrée d’étrangers sur son territoire. L’année dernière, en été, une liste d’une dizaine de pays non européens avait été approuvée par l’UE pour les voyages non essentiels. Et pourtant, de nombreux pays, dont la Belgique, n’ont pas voulu ouvrir leurs portes.

Certificat vaccinal belge

Ces derniers jours, dans les médias, la question d’un certificat vaccinal belge, offrant aux personnes vaccinées plus de libertés, fait énormément débat. Alors que de plus en plus de pays adoptent ce système pour ouvrir l’économie, la Belgique est très divisée. Le Comité d’éthique considère qu’il n’est pas juste de proposer ce passeport tant que la vaccination n’aura pas été ouverte à tous. Plusieurs personnalités politiques dont le Premier ministre, Alexander De Croo, sont également d’accord avec cette affirmation.

Mais Rudi Vervoort, ministre-Président de la région bruxelloise et Wouter Beke, ministre flamande de la Santé, pour ne citer qu’eux, sont favorables à ce système. Ils considèrent qu’il s’agit d’une manière sûre de rouvrir l’économie. L’épidémiologiste Yves Coppieters les suit en ajoutant que ce passeport permettra une transition plus calme, plutôt qu’une réouverture massive.

En outre, selon les défenseurs du coronapass, il n’y a pas de discrimination, car il serait normalement aussi ouvert aux personnes immunisées naturellement ou présentant un test négatif récent. Toutefois, les citoyens qui ont peu de revenus ou qui se sont protégés du virus depuis plus d’un an pour ne pas tomber malades n’y auront pas accès.

La question devrait se retrouver lors du prochain Comité de concertation, le 11 mai. Des annonces officielles sur son déploiement ou non devraient alors être diffusées.

Pour aller plus loin: