Les investisseurs devraient parier sur une forte baisse des prix du pétrole, affirme un stratège de Citigroup

Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), le prix de référence américain du pétrole brut, est passé sous la barre des 90 dollars la semaine dernière pour la première fois depuis l’invasion de l’Ukraine. Selon un stratège de la banque d’investissement Citi, il pourrait chuter encore plus fortement dans un avenir proche.

Le prix du baril de WTI a grimpé en flèche après l’invasion russe de l’Ukraine voisine, passant d’environ 90 dollars le baril à 120 dollars. Depuis lors, le prix a fluctué entre les deux, mais n’est jamais tombé en dessous du prix d’avant-guerre. De même, le prix du baril de pétrole Brent, le prix de référence dans notre région, est tombé à 94 dollars, également un plus bas depuis fin février.

Le fait que le baril de WTI soit passé sous la barrière psychologique des 90 USD montre que la demande d’or noir aux États-Unis (US) a fortement diminué. La Réserve fédérale, ou la Fed en abrégé, la banque centrale du pays, a déjà relevé les taux d’intérêt à plusieurs reprises au cours des derniers mois, poussant le pays dans une récession virtuelle (bien qu’une véritable bataille sémantique ait éclaté aux États-Unis à ce sujet).

« Le marché ne s’attend pas à un resserrement supplémentaire »

Ed Morse, responsable de la recherche sur les matières premières chez Citi, a déclaré jeudi à CNBC que le jeu de l’offre et de la demande était la principale raison de la chute des prix. « Cela signifie que le marché s’attend à ce qu’il n’y ait plus de resserrement, mais qu’il s’attend à ce que les choses se relâchent », a déclaré le stratège.

La situation économique aurait augmenté l’offre de pétrole américain. L’augmentation de l’offre, associée à une baisse de la demande, fait normalement baisser le prix des marchandises. De plus, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont annoncé jeudi qu’ils allaient augmenter leur production pour le mois de septembre, même si certains critiquent qu’ils n’en font pas assez.

« C’est quelque chose qui devrait inquiéter les entreprises, mais c’est très agréable pour les consommateurs », a déclaré M. Morse.

Toujours en danger

Bien que M. Morse s’attende à ce que les prix baissent encore, ce n’est pas une garantie. Le stratège indique que la prochaine saison des ouragans est le plus grand risque qui pourrait affecter la production américaine. Bien que la situation ait été exceptionnellement calme jusqu’à présent, il est toujours possible que des ouragans fassent des ravages dans l’Atlantique dans les mois à venir.

« C’est le seul grand risque auquel sont confrontés les marchés », a déclaré M. Morse. « Si la saison des ouragans venait à gâcher la fête, le prix du baril de WTI pourrait repasser au-dessus de 120 dollars. »

(BL)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20