Les investissements privés dans la fusion nucléaire atteignent des niveaux record: « Nous serons prêts dans les années 2030 »

Le secteur privé investit à un niveau record dans les entreprises de fusion nucléaire. Sur les 35 entreprises de fusion nucléaire dans le monde, 18 ont reçu ensemble 1,8 milliard de dollars de fonds privés. C’est ce qui ressort de la première enquête sur le secteur, publiée jeudi par l’Autorité britannique de l’énergie atomique et la toute nouvelle Fusion Industry Association.

Pourquoi est-ce important ?

La fusion nucléaire est un ticket en or pour un avenir énergétique durable. La fusion nucléaire génère une énergie propre et bon marché en fusionnant des atomes entre eux. En effet, la fusion nucléaire imite la réaction qui alimente le soleil et, cerise sur le gâteau, le processus ne dégage pas de CO2. Son application commerciale est un projet à long terme ; la recherche sur ce mode de production d'énergie s'étend sur plusieurs décennies.

Sur les 23 entreprises qui ont répondu à l’enquête, plus de la moitié ont été créées au cours des cinq dernières années. C’est un signe de l’intérêt croissant du secteur privé pour cette technologie, affirme le journal économique britannique Financial Times.

D’énormes quantités d’énergie, toujours juste hors d’atteinte

La perspective d’une énergie presque illimitée à partir d’une quantité minimale de combustible enthousiasme les scientifiques depuis plus de 60 ans, mais semble toujours hors de portée.

Les scientifiques soviétiques ont été les premiers à développer la première machine de fusion, connue sous le nom de « tokamak », dans les années 1950. La conception a permis de maintenir en place un plasma de deux isotopes d’hydrogène, le deutérium et le tritium, à l’aide de puissants aimants et de le chauffer à des températures plus élevées que celles du soleil, ce qui a provoqué la fusion des noyaux atomiques et la libération d’énormes quantités d’énergie.

Climat

Les combustibles que sont le deutérium et le tritium étant largement disponibles, la fusion pourrait jouer un rôle crucial dans la réduction de la dépendance aux combustibles fossiles, selon ses partisans.

« Connecté au réseau dans les années 2030 »

À ce jour, aucun groupe n’a réussi à produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Les sceptiques plaisantent en disant que l’énergie commerciale ne sera pas disponible avant 20 ans. Mais certains acteurs du secteur affirment que cette percée – connue sous le nom d’énergie positive nette – est plus proche.

« Nous sommes au seuil du point commercial où nous appliquons à la technologie toute la recherche qui a été faite pendant 60 ans sur la physique des plasmas, les conceptions pour l’énergie de fusion », a déclaré au FT Andrew Holland, PDG de la Fusion Industry Association.

Quelque 71 % des entreprises interrogées, dont des groupes de Chine, d’Inde et d’Australie, ont déclaré qu’elles pensaient que l’énergie de fusion serait connectée au réseau dans les années 2030.

« Nos entreprises s’attendent à ce que les années 2030 soient la décennie de l’énergie de fusion commerciale », a également souligné M. Holland.

Les progrès sont lents dans le secteur public

Jusqu’à récemment, la recherche sur la fusion était menée par le secteur public par le biais de consortiums gouvernementaux internationaux, mais les progrès sur des projets tels qu’ITER – un réacteur de fusion nucléaire situé dans le sud de la France et conçu en 1988 – étaient extrêmement lents.

« Ce n’est pas comme ça que la technologie passe des laboratoires scientifiques au marché », dit M. Holland. « C’est le secteur privé qui met une nouvelle technologie sur le marché, qu’il s’agisse des avions il y a 120 ans, ou de la fission nucléaire dans les années 1950, 1960 et 1970. »

Supraconducteur

Les quatre entreprises de fusion nucléaire les plus avancées, qui représentent ensemble 85 % du financement du secteur privé, sont Commonwealth Fusion Systems, TAE Technologies, basée en Californie, Tokamak Energy, basée à Oxford, et General Fusion, basée au Canada et soutenue par Jeff Bezos.

Commonwealth Fusion Systems, ou CFS, a démontré avec succès le mois dernier l’utilisation d’un supraconducteur à haute température pour générer un champ magnétique beaucoup plus puissant. Selon les ingénieurs, cela permettra de créer une centrale de fusion plus compacte, plus rapide et moins chère à construire qu’ITER, par exemple.
CFS, issue du Massachusetts Institute of Technology et soutenue par le groupe énergétique italien Eni, espère faire la démonstration d’une énergie nette positive d’ici 2025 et lancer une machine commerciale au début des années 2030.

Plus
My following

Un agenda peu chargé pour la semaine boursière à venir

05/12/2021 15:18

(ABM FN) La semaine prochaine, l'agenda des investisseurs sera peu rempli, bien que cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs auront une semaine tranquille, avec toute l'incertitude entourant le coronavirus et la future politique monétaire des banques centrales.  

La nouvelle variante omicron du virus est en augmentation, tandis que de nombreux pays sont à nouveau confrontés à des courbes d'infection et d'hospitalisations élevées dans cette pandémie.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20