Les Big Tech veulent faire main basse sur le gaming: Apple, Amazon et Disney sont toutes candidates au rachat d’Electronic Arts

Le gaming est désormais une part essentielle du divertissement, boosté par la pandémie de coronavirus et le développement du streaming. Une popularité croissante, des parts de marché et des revenus fous qui attirent les grands noms de la tech. Et ce n’est pas Microsoft qui dira le contraire. De quoi pousser les autres Big Tech à s’intéresser de plus près au secteur.

Début d’année, Microsoft a frappé un grand coup dans le secteur du gaming en annonçant le rachat d’Activision, développeur et éditeur de licences cultes telles que Call of Duty, World of Warcraft et Diablo pour la coquette somme de 68,7 milliards de dollars. La réponse de son principal concurrent, Sony, ne s’est pas fait attendre, car quelques jours plus tard, la firme nippone a annoncé le rachat du studio Bungie (Destiny) pour 3,6 milliards de dollars. Une fièvre acheteuse qui n’a pas échappé aux géants de la tech qui, conscients que le gaming gagne du terrain dans le domaine du divertissement, montrent un intérêt grandissant pour le secteur.

C’est ainsi que, selon les sources du site Puck, les géants Apple, Amazon et Disney auraient discuté avec Electronic Arts d’un éventuel rachat. L’entreprise de jeux vidéo à qui l’on doit des licences telles que FIFA ou Battlefield chercherait en effet un repreneur, suite à ses derniers mauvais résultats. EA est en effet en perte de vitesse, suite au cumul de déconvenues auprès des joueurs, faisant chuter sa valeur en bourse. De quoi intéresser les investisseurs et, pourquoi pas, certains grands noms de la tech.

Toujours plus gros

L’intérêt des Big Tech pour le secteur du gaming n’est pas nouveau. Apple a en effet lancé un abonnement dédié aux jeux mobiles, Apple Arcade, alors qu’Amazon a racheté Twitch, plateforme de streaming qui s’est principalement développée autour de la sphère jeux vidéo, et développe ses propres jeux. Quant à Disney, bon nombre de ses licences ont été adaptées sur consoles et PC. L’entreprise a donc tissé des liens avec l’univers gaming au fil des années. Et dans sa quête d’omniprésence et de contrôle des marchés, être présent sur l’ensemble des secteurs du divertissement n’a rien de surprenant. C’est notamment pourquoi la firme aux grandes oreilles s’est lancée sur le marché du streaming vidéo, avec Disney+.

Cependant, le rachat historique d’Activision par Microsoft qui, rappelons-le, est présent sur de nombreux marchés (informatique software et hardware, gaming, sécurité en ligne, cloud, etc.) a sans doute poussé les géants de la tech désireux de se développer sur le secteur à mettre la deuxième et à saisir toute occasion susceptible de leur faire gagner du terrain.

C’est ainsi qu’Apple, Amazon et Disney se seraient entretenus avec Electronic Arts pour discuter d’un éventuel rachat. Mais ils n’auraient pas été les seuls intéressés. Selon le site Puck, NBCUniversal aurait également été intéressé par un rapprochement avec EA, pour une fusion entre le conglomérat de médias américains et le géant du jeu vidéo.

Pour l’instant, aucune des discussions ne semble avoir porté ses fruits. Le souhait du PDG d’Electronic Arts de rester à la tête de l’entreprise serait l’un des obstacles au rachat du géant du jeu vidéo.

Un secteur en évolution

Si les Big Tech venaient effectivement à renforcer leur présence sur le secteur du jeu vidéo, ce dernier sera amené à évoluer, et ce, de manière importante. D’ailleurs, les géants de la tech ne seront pas les seuls à venir perturber le marché du gaming, d’autres rachats par des mastodontes tels que Microsoft, Sony ou encore Nacon sont également en négociations, ont indiqué les principaux intéressés.

De toute manière, à mesure que le secteur gagnera en popularité, le gaming attirera forcément des investisseurs, désireux d’avoir leur part du gâteau, mais surtout des entreprises du divertissement qui ne veulent pas perdre la face.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20