Warren Buffett et Cathie Wood ne sont pas du tout d’accord sur le futur du transport : les deux ont-ils raison ?

Warren Buffett voit sa compagnie ferroviaire comme la perle du futur pour sa société d’investissement Berkshire. Cathie Wood, éternelle opposante de Buffett, monte au créneau : « Le futur du transport, ce sont les camions électriques autonomes, le rail est mort ».

Warren Buffett, écrivions-nous hier déjà, a le flair de la bonne affaire, en ayant investi, au bon moment, dans une compagnie pétrolière. Mais le nonagénaire ne se repose pas sur ses lauriers, et imagine déjà le prochain coup : un « actif clé pour Berkshire dans 100 ans encore », selon une prédiction « rare » de l’investisseur. Cette prochaine perle du portefeuille de Berkshire, c’est Burlington North Santa Fe Railway (BNSF), une des principales sociétés de transport ferroviaire américaines.

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires de sa société d’investissements, consultée par Markets Insider, Buffett détaille sa vision. Berkshire détient 11% de la société, et en est ainsi l’actionnaire principal, depuis 2009. Pour l’avenir, Buffett voit cette société comme un de ses « quatre géants qui ont avenir prometteur ».

« BNSF reste l’artère numéro un du commerce américain, ce qui en fait un atout indispensable pour l’Amérique comme pour Berkshire. Si les nombreux produits essentiels transportés par BNSF étaient acheminés par camion, les émissions de carbone des Etats-Unis augmenteraient considérablement », décrit-il encore dans la lettre, prenant ainsi également en compte le facteur « planète et réchauffement climatique » comme perspective pour la prospérité future de ses investissements.

Au-delà de l’aspect ecofriendly pour la viabilité future, l’avenir financier du groupe est également prometteur, prévoit Buffett. Sur 2021, la compagnie ferroviaire a fait 6 milliards de dollars de bénéfice net – un record, qui sera « continuellement battu dans le futur ».

Les destinataires de la lettre se sont sans doute réjouis de ces nouvelles, mais pas toute la sphère des marchés financiers ne partage cette vision des choses.

Cathie Wood n’est pas du tout d’accord

Le train, c’est vieux comme le monde. BNSF par exemple a été créé en 1848. De quoi déplaire à Cathie Wood, qui est connue pour investir dans les technologies « disruptives » du futur, avec un grand potentiel de croissance, mais qui peuvent actuellement être déficitaires. Une philosophie diamétralement opposée à celle de Buffett, qui regarde les fondamentaux et les marges actuels d’une entreprise pour investir, en résumé.

Ainsi, Wood désapprouve cette vision du rail comme la perle du futur. Et elle ne mâche pas ses mots, référant même le rail dans son guide des « mauvaises idées », conçu pour avertir les investisseurs d’Ark Invest sur des choix à éviter.

Transport par robots

C’est qu’elle estime que le rail est plus proche de sa mort que de sa naissance. Une mort provoquée par des camions électriques autonomes, qui offriront un meilleur service et seront moins chers. Ils devraient même retourner la tendance de ces vingt dernières années, qui a vu le secteur du transport routier perdre des parts de marché (à hauteur de 400 milliards de dollars) au profit du secteur du transport ferroviaire, continue-t-elle.

Les camions-robots feront réduire la facture de 75%, jusqu’à trois cents de dollar par tonne/mile, grâce à un moindre besoin en maintenance et en électricité, calcule-t-elle. Mais ils ne viennent pas seuls : pour Cathie Wood, le transport routier du futur est 100% autonome, et s’appuiera également sur des drones autonomes et des robots qui peuvent rouler sur le trottoir. Un pas d’avance sur le rail, compare-t-elle, car ce dernier reste lié à son infrastructure spécifique et « désuète ».

Cette transition aura lieu dans les quatre à neuf ans à venir, note encore le rapport. Mais ce délai semble court, et la technologie ne suit pas aussi rapidement que prévu. Tesla (un des éléments éminents des portefeuilles de Cathie Wood) notamment prévoyait de sortir un semi-remorque électrique. Il fut présenté en 2017, mais sa commercialisation a depuis été reportée plusieurs fois. Il devrait voir le jour, au plus tôt, en 2023.

Préférence pour Buffett

Le débat sur le futur du transport est un enjeu majeur pour l’avenir. La question est complexe, mais on peut imaginer qu’il peut y avoir des solutions qui peuvent combiner train et drones, par exemple.

A l’heure actuelle cependant, les investisseurs se rangent plutôt du côté de Buffett, rapporte encore Markets Insider : sur les trois dernières années, Berkshire fait de meilleurs résultats que Ark Invest, malgré le pic de valeur de l’ETF technologique pendant la pandémie.

Composé notamment d’actions de Zoom et autres services « en distanciel », ce fonds de Cathie Wood est effectivement souvent vu comme le grand gagnant de la période initiale de la pandémie. Où la plupart des acteurs économiques ont souffert des confinements, l’ARK Innovation a gagné 150% en valeur sur l’année 2020. Mais depuis, le paradigme a changé : avec les temps incertains de l’inflation, de la crise énergétique et de la guerre, les investisseurs se détournent des actifs technologiques, plus volatiles. L’Ark, entre autres, en est une victime.


Disclaimer: cet article ne fait pas office de conseil, mais doit se lire à titre d’information. Investir comporte toujours des risques.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20