Le prix du baril coté à New York repasse en clôture au-dessus de zéro alors que l’Opep se réunit

EPA

Le baril de pétrole coté à New York pour livraison en mai est finalement repassé au-dessus de zéro mardi au lendemain d’une chute épique, mais le baril pour livraison en juin a encaissé un plongeon historique de 43%.

Le prix du baril de WTI qui expirait ce mardi était tombé lundi pour la première fois en territoire négatif, les investisseurs en étant réduits à payer les acheteurs pour écouler leur brut au risque de se retrouver avec des barils dans leur arrière-cour.

Mardi, après plusieurs hésitations, il est repassé en territoire positif pour terminer à 10,01 dollars le baril.

Mais le baril de WTI pour livraison en juin, qui deviendra la référence à partir de mercredi, a plongé de 43% pour finir à 11,57 dollars, du jamais-vu depuis la création de ce contrat en 1983.

Les pays de l’Opep s’entretiennent

Les pays de l’Opep se sont en outre entretenus via vidéoconférence sur la ‘situation dramatique’ du marché.

Les participants y ont ‘réitéré leur engagement à ajuster la production de pétrole’, en vertu l’accord du 12 avril pour réduire l’offre à 9,7 millions de barils par jour, indique dans une série de tweets le cartel du pétrole.

Selon l’AFP, les participants souhaitent désormais tenir ce type de consultations informelles ‘à une fréquence régulière’ pour faire le point sur l’état (catastrophique) du marché. La Russie n’aurait toutefois pas participé à la téléconférence, tandis que la présence de l’Arabie saoudite n’a pas été confirmée. Ces deux nations avaient indiqué en début de semaine être prêtes à réduire davantage leur production.

Lire aussi: