Le plus grand projet d’hydrogène vert se trouve au… Kazakhstan

Le Kazakhstan, en Asie centrale, développe un parc éolien de 45 gigawatts. Ce site doit fournir de l’énergie à une usine d’hydrogène d’une capacité de pas moins de 30 gigawatts, soit 3 millions de tonnes d’hydrogène par an.

Selon le site web Change Inc., le projet entrepris par le Kazakhstan est de loin le plus grand projet d’hydrogène au monde.

  • Les centaines d’éoliennes et les dizaines d’hectares de panneaux solaires seront installés dans les steppes de l’ouest et du centre du Kazakhstan.
    • Le Kazakhstan n’a pas besoin lui-même de toute cette énergie durable. Mais le pays reconnaît l’importance de l’énergie verte et dispose de suffisamment d’argent pour investir dans des électrolyseurs qui utilisent l’énergie verte pour produire de l’hydrogène. Cet hydrogène va devenir de plus en plus populaire dans les années à venir, tant en Asie qu’en Europe. Et le Kazakhstan se situe exactement entre les deux.
      • L’hydrogène partira dans d’autres pays ou sera utilisé par les industries locales pour fabriquer des produits comme l’acier et l’ammonium.

Argent allemand. L’investisseur allemand Svevind coopère au projet avec la société nationale d’investissement du Kazakhstan.

  • L’ensemble des phases de développement, d’ingénierie, d’approvisionnement et de financement devrait prendre environ trois à cinq ans. Les phases de construction et de mise en service dureront environ cinq ans.
  • « La promotion d’un développement à faible émission de carbone est conforme à l’orientation stratégique de développement du Kazakhstan et aux engagements pris dans le cadre d’accords internationaux », a déclaré Meirzhan Yussupov, président du conseil d’administration de Kazakh Invest.
    • « Grâce au développement de l’énergie hydrogène, le Kazakhstan peut gagner sa place dans l’approvisionnement mondial en hydrogène. »
  • « Les installations d’hydrogène vert feront du Kazakhstan le leader mondial des énergies renouvelables et de l’hydrogène à des coûts de production très compétitifs et très bas. Nous sommes convaincus que le Kazakhstan est l’endroit idéal pour l’hydrogène vert », a déclaré Wolfgang Kropp, PDG de Svevind.

Enorme: l’ampleur du projet apparaît clairement lorsqu’on le compare à d’autres projets d’hydrogène vert en cours de réalisation.

  • NortH2, via lequel Shell prévoit de construire un parc éolien offshore dans le nord des Pays-Bas pour installer 10 gigawatts de capacité d’hydrogène, est trois fois plus petit.
  • Le plus grand projet d’hydrogène prévu à cet effet – l’Asian Renewable Energy Hub, dans l’ouest de l’Australie – ne représente « que » 14 gigawatts.
    • Le projet du Kazakhstan est donc plus de deux fois plus important.
  • Le projet d’hydrogène vert d’Oman est également est quant à lui censé fournir 25 gigawatts d’énergie éolienne et solaire.
  • Si l’on prend en compte le le plus grand projet d’hydrogène réalisé, l’ambition de Svevind et du Kazakhstan est encore plus extraordinaire.
    • Ce projet est celui d’Air Liquide et se situe au Canada. L’électrolyseur d’une capacité de 20 mégawatts (et non gigawatts) a été développé en janvier de cette année.
    • C’est 150 fois moins que ce que le Kazakhstan planifie.
  • Svevind pense qu’une telle montée en gamme est indispensable pour rendre l’hydrogène vert abordable.

On en est aux balbutiements. Pour l’instant, les deux parties explorent les possibilités. Et elles ne mentionnent pas non plus les montants qu’elles vont investir.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés