Le gouverneur de New York admet des ‘commentaires inappropriés’

Andrew Cuomo – Isopix

Andrew Cuomo, le gouverneur de l’État de New York, a procédé à un mea culpa partiel dimanche, après que deux anciennes employées l’aient accusé de harcèlement sexuel.

Pas plus tard que l’année dernière, Andrew Cuomo, 63 ans, était encore loué pour sa gestion décisive de la crise du coronavirus. Son nom avait même été brièvement évoqué comme candidat possible à la vice-présidence. Mais ces dernières semaines, la star politique a vu sa lumière pâlir à l’ombre de deux scandales.

Tout d’abord, Andrew Cuomo a été critiqué pour avoir délibérément sous-estimé l’an dernier le nombre de décès liés au coronavirus dans les maisons de retraite de New York. Et aujourd’hui, c’est une seconde affaire qui risque de couler sa carrière politique.

Strip poker

Deux jeunes femmes, anciennes employées, accusent le démocrate d’avoir formulé des commentaires sexuels inappropriés. L’une d’entre elles, Lindsey Boylan, a déclaré dans un post publié sur Medium que le gouverneur l’avait invitée à faire un strip-poker et qu’il lui avait imposé un baiser non-sollicité. Selon elle, les femmes sont toujours abordées de manière inappropriée, ce qui constitue un abus de pouvoir systématique. Lindsey Boylan appelle le gouverneur new-yorkais à démissionner.

Une ‘mauvaise interprétation’

Andrew Cuomo, fils de l’ex-gouverneur Mario Cuomo et frère de la star de CNN, Chris Cuomo, a fait une annonce dimanche soir. ‘Je me rends compte que certaines choses que j’ai dites ont été mal interprétées, comme du flirt non sollicité. Si certains ont eu cette impression, j’en suis vraiment désolé.’ Selon l’actuel gouverneur, il lui arrive parfois d’interagir avec les gens de manière ludique ou de plaisanter et ses commentaires doivent être considérés dans cette optique. Il a par ailleurs affirmé n’avoir ‘jamais touché personne de façon inappropriée, ni fait d’avances à qui que ce soit’, et ne jamais avoir eu l’intention de ‘mettre quelqu’un mal à l’aise.’

Une enquête indépendante va désormais être menée par un cabinet d’avocats. Andrew Cuomo avait dans un premier temps suggéré de laisser un ancien juge mener l’enquête, mais cela a suscité des critiques quant à une éventuelle partialité.

Lire aussi: