Le cri d’alarme d’un urgentiste belge sur l’état grave de jeunes patients: que disent les chiffres ?

Image d’illustration – EPA

Ignace Demeyer, urgentiste de l’hôpital OLV d’Alost, a voulu mettre les choses au point sur le plateau de Terzake à la VRT. Les jeunes doivent aussi craindre le virus.

L’idée est fort répandue que le coronavirus n’est dangereux que pour les personnes âgées. Il s’agit d’un public à risque, et c’est assez logiquement qu’on y constate le plus de victimes statistiquement.

Mais l’urgentiste d’Alost nuance ce constat. Il a été témoin de jeunes patients, âgé de 30 à 50 ans, ‘qui n’ont pas d’antécédents médicaux, qui ne fument pas, qui n’ont pas de diabète ou de problèmes cardiaques.’

‘Ils sont malades depuis une semaine, explique-t-il à la VRT, sont restés à la maison avec la grippe. Une fois l’état grippal terminé, ils se sont sentis bien pendant deux jours. Mais depuis, ils se plaignent de toux sèche et d’essoufflements. Nous avons constaté qu’ils avaient un très faible taux de saturation en oxygène dans le sang pour leur âge.’

‘Les images que nous avons prises sont tout simplement terrifiantes’, suggère l’urgentiste. L’image de gauche montre un poumon normal. L’image au milieu montre des alvéoles remplies de 20 à 25% de liquide inflammatoire. Le troisième scan est encore pire, il contient 80 à 90% de liquide inflammatoire.

VRT – Terzake.

L’urgentiste rassure: ‘Ces gens peuvent bien sûr encore guérir, mais c’est une situation qui met leur vie en danger.’

Sensibilisation ou réel danger de masse ?

On sait que de nombreux jeunes se sont un peu moqués des premières mesures prises par le Conseil national de sécurité jeudi passé. Peut-on en conclure qu’il s’agit d’un message pour les sensibiliser ?

Il faut s’en référer aux chiffres. Et de ce point de vue, la situation européenne est comparable à la situation de Wuhan en Chine et dans le reste de la province de Hubei. En Italie, parmi les 800 premiers décès, seulement deux patients avaient moins de 50 ans, a pu confirmer l’épidémiologiste au FNRS Marius Gilbert. Aucun en dessous de 30 ans.

D’autres chiffres en Italie montrent, sur 1.000 décès, que l’âge moyen tourne autour des 80 ans et un peu plus, rapportait France TV vendredi dernier.

Des chiffres qui rassurent donc les plus jeunes. Mais l’urgentiste a raison, le coronavirus n’épargne pas les jeunes. En Espagne, un jeune homme de 21 ans est décédé après trois jours à l’hôpital. Il était entraîneur des jeunes dans le club de football de l’Atlético Portada Alta qui évolue à Malaga. Il souffrait toutefois d’une pathologie antérieure, une forme de leucémie, mais jusque-là bénigne.

En Belgique

En Belgique, le dernier rapport du SPF santé fait état de 185 nouveaux cas (1243 au total) pour 361 hospitalisations depuis le début de l’épidémie. Le ministère constate que sur les quelque 16.000 tests déjà effectués, les 40-50 sont fortement touchés, sans plus de précisions. Mais c’est aussi logique car ils sont les plus actifs. Pas de précision par contre sur l’âge des hospitalisés, secret médical oblige pour le moment. Les 10 personnes décédées ont par contre toutes plus de 78 ans.

Il ne faut donc pas sombrer dans la panique. Mais pas trop relativiser non plus. Le virus, encore peu connu, semble avoir des effets parfois plus graves dans un cas ou dans l’autre. Le virus peut aussi prendre plusieurs évolutions tout en restant de la même famille, a rapporté Marius Gilbert à la RTBF. Comprendre: il s’agit bien du même virus en Chine qu’en Europe, mais chacun peut y réagir de manière différente.