Le Bitcoin vert est-il une grosse affaire? Gwyneth Paltrow y croit, mais tous les investisseurs ne sont pas encore convaincus

Les récentes annonces de la société de minage de bitcoins TeraWulf donnent une idée de l’ampleur que veut prendre le « minage écologique » des cryptomonnaies. La société a levé 200 millions de dollars de nouveaux fonds, notamment auprès de l’actrice Gwyneth Paltrow.

Pourquoi est-ce important ?

Le constructeur automobile Tesla et son PDG Elon Musk ont annoncé au début de l'année qu'ils n'accepteraient plus le bitcoin comme moyen de paiement, en raison de l'utilisation de combustibles fossiles pour l'extraction et les transactions en bitcoin. Certaines entreprises, dont TeraWulf, espèrent offrir une alternative en tant que société minière durable.

Les mineurs de bitcoins approuvent les transactions sur le réseau et sont rémunérés sous la forme de nouveaux bitcoins. Mais cela représente toujours une compétition énergivore entre mineurs. Celui qui réussit à résoudre une énigme cryptographique complexe est le premier à pouvoir traiter les transactions.

Certaines entreprises américaines ont annoncé l’été dernier qu’elles souhaitaient développer une exploitation durable des cryptomonnaies. Leur objectif ? Faire en sorte que l’exploitation minière ait lieu aux États-Unis et non dans la lointaine Asie, et de surcroît de manière écologiquement responsable, grâce à l’hydroélectricité, aux panneaux solaires et aussi à l’énergie nucléaire.

Les projets de l’un d’entre eux, TeraWulf, s »est concrétisé ces dernières semaines à l’approche de son introduction en bourse :

  • La société a préalablement levé 200 millions de dollars en capital et en prêts. Parmi les investisseurs figurent plusieurs actrices américaines, dont la plus connue est Gwyneth Paltrow. Mme Paltrow, elle-même chef d’entreprise, est connue depuis longtemps pour ses investissements particuliers. TeraWulf se positionne non seulement comme une entreprise écologique, mais aussi comme une entreprise favorable aux femmes.
  • TeraWulf a immédiatement commandé 15.000 machines minières, des ordinateurs surpuissants, au fabricant chinois Bitmain. Selon l’agence de presse Bloomberg, l’achat s’élève à 169 millions de dollars. Cette commande s’ajoute à une commande antérieure de 30.000 machines.
  • Ces machines seront déployées à partir du premier trimestre 2022 sur le site hydroélectrique de la société, situé au lac Mariner, dans le nord de l’État de New York. Au second semestre, ce site devrait déjà avoir une capacité de 200 mégawatts.
  • À terme, cette capacité sera portée à 500 mégawatts, soit plus que la capacité du réacteur nucléaire Doel 1, par exemple. Avec un deuxième site, TeraWulf vise une capacité d’exploitation de 800 mégawatts d’ici 2025.

Taxe sur le carbone

Le PDG Paul Prager qualifie son entreprise de « société d’infrastructure énergétique ». Avec l’aide de l’énergie renouvelable et du nucléaire, il espère pouvoir valider les transactions en bitcoins et produire ses propres bitcoins sans émettre de CO2.

En arrière-plan, on s’attend à ce que, tôt ou tard, une taxe carbone soit appliquée à l’extraction de bitcoins. À ce moment-là, les entreprises minières « vertes » comme TeraWulf auront un énorme avantage concurrentiel en termes de coûts, espère-t-il. Actuellement, l’entreprise affirme pouvoir extraire un bitcoin pour un coût de 5.500 dollars, soit une fraction du prix actuel de la cryptomonnaie (environ 51.000 dollars).

Chute des marchés boursiers

TeraWulf est officiellement cotée sur le Nasdaq tech exchange avec la vignette boursière « WULF » depuis le 14 décembre, suite à une « fusion SPAC » avec un véhicule boursier existant. L’introduction en bourse et l’arrivée d’investisseurs célèbres comme Paltrow n’ont pas porté chance à la société, puisque le cours de l’action a presque été divisé par deux depuis.

Apparemment, de nombreux investisseurs ne sont toujours pas convaincus. Le PDG Prager reste optimiste et affirme que l’exploitation durable des cryptomonnaies est une histoire à long terme. « Nous allons devoir expliquer au public à de nombreuses reprises ce que nous faisons exactement », a-t-il déclaré dans une première réaction à la baisse des prix.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20