L’agriculture mondiale est capable de nourrir la population de deux planètes Terre

La sécurité alimentaire de la population mondiale est l’une des principales préoccupations de la communauté internationale. L’agriculture va devoir produire beaucoup plus pour atteindre cet objectif. Dans le même temps, il faut éviter le défrichement de grandes surfaces de zones naturelles. Cependant, une étude de Bloomberg Green montre qu’il serait au moins théoriquement possible de nourrir la population de plus de deux planètes sans avoir à consacrer un seul hectare de terre supplémentaire à l’exploitation agricole.

‘La planète compte actuellement environ 7,8 milliards d’habitants et chaque personne a besoin en moyenne de 1,4 kilogramme de nourriture, sans compter l’eau’, indique Bloomberg. Cela signifie qu’environ 3,7 milliards de tonnes de nourriture sont nécessaires chaque année pour nourrir l’ensemble de la population mondiale.

Déchets et gaspillage

‘Actuellement, le monde produit environ 4 milliards de tonnes de nourriture par an. Mais l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souligne qu’environ 1,3 milliard de tonnes sont gaspillées. Selon les scientifiques de l’université d’Édimbourg, ce volume est encore plus élevé: pas moins de 44 % de la production agricole ne serait jamais consommée’.

‘Les pays en développement gaspillent autant de nourriture que les pays développés’, indiquent également les chercheurs. Seule la forme de ces déchets diffère. Dans les pays riches, plus de 40% des pertes se produisent dans le secteur du commerce de détail et chez les consommateurs. Dans les pays les plus pauvres, où les ménages gaspillent beaucoup moins, plus de 40% des pertes se situent entre les champs et les magasins’.

Les chiffres de l’Environmental Systems Research Institute (Esri) montrent que seuls 30 à 50 % de la production potentielle sont finalement consommés. Ils soulignent aussi le potentiel de gaspillage des terres agricoles mal utilisées.

‘Le plus grand gain potentiel de production pourrait provenir d’une transformation plus efficace des terres agricoles disponibles, grâce à la mécanisation, à un choix de semences et de cultures de qualité supérieure et à une meilleure irrigation’, explique Bloomberg. ‘Cependant, toutes les pertes ne peuvent pas être évitées: les mauvaises récoltes, les dommages causés par les parasites et les problèmes météorologiques et logistiques échappent souvent au contrôle de l’homme. Malgré tout, il devrait être possible d’atteindre une production alimentaire annuelle de 9 milliards de tonnes’.

Efficacité

‘Il serait même possible de garantir l’approvisionnement alimentaire mondial sans devoir compter sur une meilleure efficacité ou une réduction des déchets’, ont souligné les chercheurs. ‘Selon les recherches des Nations unies, 2,2 milliards d’hectares d’anciennes terres agricoles dégradées pourraient être restaurés grâce à une utilisation responsable des engrais et de l’irrigation. Une partie de ces terres récupérées serait utilisée pour le reboisement, mais le reste devrait pouvoir produire environ 500 millions de tonnes de nourriture par an’.

De meilleures habitudes alimentaires pourraient également aider. Des recherches menées en Italie indiquent que jusqu’à 140 millions de tonnes de surplus de nourriture – soit assez pour nourrir plus de 270.000 personnes – sont consommées chaque année, ce qui entraîne de l’obésité et des problèmes de santé chroniques tels que l’hypertension et le diabète.

‘Toutes les cultures comestibles ne sont pas destinées à l’alimentation’, ajoute Bloomberg. ‘Près de 600 millions d’hectares de terres sont utilisés, par exemple, pour cultiver de l’éthanol, qui est commercialisé comme carburant pour les voitures. Le passage du secteur automobile à la propulsion électrique pourrait également permettre de récupérer une partie du marché. Si toutes ces terres pouvaient être utilisées pour la production alimentaire, 280 millions de personnes supplémentaires pourraient être nourries’.

Élevage du bétail

Enfin, il y a la nourriture cultivée pour nourrir les animaux. ‘Les animaux ne sont pas seulement élevés pour la production de viande’, rappelle Bloomberg. ‘Ils constituent également la base des produits laitiers et de la laine. De nombreux bovins, en particulier dans les pays en développement, consomment des matières végétales qui ne sont pas consommées par les humains. Pourtant, réduire de moitié la consommation de viande pourrait libérer un quart de l’approvisionnement mondial en céréales pour l’homme’.

‘Toute combinaison des actions décrites ici porterait la production alimentaire mondiale annuelle bien au-delà des 7,4 milliards de tonnes nécessaires pour nourrir près de 16 milliards de personnes’, affirment les chercheurs.

‘Il ne s’agit bien sûr que de calculs théoriques. La politique, l’économie, la culture et le commerce contribuent également à la chaîne alimentaire. Aucun système agricole ne sera jamais optimal. Mais même avec des objectifs plus réalistes, il y a plus qu’assez de terres agricoles pour continuer à garantir l’approvisionnement alimentaire de la population mondiale, malgré sa croissance’.

Plus
Lire plus...
Marchés