Mineral: le nouveau projet d’Alphabet (Google) pour ‘une agriculture durable et productive’

Crédit: Alphabet/ Mineral

Le Laboratoire X d ‘Alphabet (Google) vient de dévoiler son dernier projet. Nom de code: Mineral.

Le Lab avait déjà annoncé en 2018 vouloir lancer un projet mêlant l’agriculture à l’intelligence artificielle. Ce souhait est aujourd’hui devenu une réalité. Le projet, qui tend à valoriser la production alimentaire durable et l’agriculture à grande échelle, s’appuie sur plusieurs années de travail. 

Les chefs de projet ont testé différents types de logiciels avant que Mineral ne voit le jour. Avec cette culture d’un nouveau genre, le Lab d’Alphabet ambitionne de produire des cultures de façon plus efficace. Comment? En gérant les productions sur base des cycles météorologiques, des cycles de croissance et du changement climatique. Les experts espèrent également pouvoir proposer des modèles d’agriculture ‘plus durables et plus productifs’.

Crédit: Alphabet/Mineral

L’outil ‘phare’ du projet? Son ‘fermier robotisé’. Alimentée par des panneaux solaires, la machine peut se déplacer dans le champ d’un agriculteur, examiner chaque plante qu’elle croise sur son chemin à l’aide d’une série de caméras et de capteurs, à l’aide de son logiciel d’intelligence artificielle et sur base de données satellite.

Isoler chaque plante

La promesse clé du projet? Mineral serait capable de détecter de façon individuelle les végétaux qui doivent être traités (pesticides, antibiotiques). L’appareil serait également à même de déterminer la quantité de nutriments dans chaque végétal a besoin pour se développer et la manière dont il réagit à l’environnement, ce qui aiderait les agriculteurs à dégager des économies et à réduire leur impact environnemental.

Crédit: Alphabet/ Mineral

Comme le souligne Mineral sur son site web, il est urgent de rendre l’agriculture plus durable et plus productive. ‘La population de la planète est en pleine croissance et il faut la nourrir. Le secteur de l’agriculture devra produire plus de denrées dans les 50 prochaines années qu’elle ne l’a fait au cours des 10.000 années précédentes. Et pourtant, le changement climatique rend nos cultures moins productives’.

Des collaborations?

Les experts soutiennent que la diversité est indispensable à la nature, mais que l’économie du secteur incite les agriculteurs à opter pour des monocultures, ce qui rend leurs productions plus vulnérables aux parasites et aux maladies. Ce mécanisme est également préjudiciable aux terres des agriculteurs, qui dépendent elles aussi, de l’écosystème. 

Il faudra encore patienter pendant quelques années avant de savoir si le projet tient toutes ses promesses. Pour l’heure, l’équipe dit s’être penchée sur des ‘cultures innovantes’ aux États-Unis, au Canada, en Argentine et en Afrique du Sud. Le Lab d’Alphabet serait également à la recherche d’autres entreprises, organisations et gouvernements avec lesquels il pourrait collaborer dans le cadre de sa mission.

La question reste de savoir comment on peut mêler productivité et durabilité dans la même équation. Tout en préservant l’emploi, malgré une robotisation du secteur.