« La Turquie n’est pas le seul pays à faire face à une crise monétaire »

La Turquie pourrait ne pas être le seul pays à être confronté à une crise monétaire, compte tenu de la perspective d’une hausse des taux d’intérêt aux États-Unis. C’est ce qu’a déclaré Mark Mobius, éminent investisseur et expert des marchés émergents, sur la chaîne économique CNBC.

« Oui, bien sûr, c’est possible », a répondu M. Mobius lorsqu’on lui a demandé si la forte dépréciation de la monnaie turque – la livre – pourrait se propager à d’autres pays.

« Avec des taux d’intérêt plus élevés aux États-Unis, tous ces autres pays qui ont une dette en dollars seront affectés », a déclaré l’associé fondateur de la société d’investissement Mobius Capital Partners.

Empruntés en monnaie locale

La livre turque est en chute libre. L’inflation des denrées alimentaires a atteint 29%, alors que le président du pays, Recep Tayyip Erdogan, a défendu la poursuite des baisses controversées des taux d’intérêt par sa banque centrale. La communauté crypto suggère que les Turques s’en sortent via les le bitcoins et aux cryptomonnaies.

M. Mobius n’a pas précisé quels autres pays sont vulnérables à une crise monétaire. Mais, selon lui, la bonne nouvelle est que de nombreux marchés émergents ont emprunté davantage dans leurs monnaies locales depuis la crise financière asiatique de 1997.

Le plus grand risque

Une analyse publiée la semaine dernière par la banque d’investissement Nomura a révélé que l’Égypte, la Roumanie, la Turquie et le Sri Lanka étaient les quatre marchés émergents les plus menacés par une crise du taux de change.

L’analyse a porté sur des indicateurs tels que la dette extérieure en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), le rapport entre les réserves de change/importations, et l’indice boursier.

« La perspective d’une normalisation de la politique monétaire de la Fed ainsi que la détérioration de la situation économique en Chine ne sont pas une combinaison particulièrement bonne pour les marchés émergents », a déclaré Nomura dans son rapport la semaine dernière. Les marchés s’attendent même à ce que la Fed relève trois fois ses taux d’intérêt l’année prochaine pour contrer l’inflation américaine.

De meilleures exportations

M. Mobius a également déclaré qu’une monnaie turque plus faible pourrait entraîner une amélioration des exportations du pays.

« Les entreprises en Turquie que nous possédons font des bénéfices en dollars, en euros. Et avec une livre turque plus faible et plus basse, ils s’en sortent mieux, car leurs coûts sont beaucoup plus bas », a-t-il ajouté.

Inde et Taiwan

Sur une note plus positive, des taux d’intérêt plus élevés « ne signifient pas nécessairement un grand ralentissement » sur tous les marchés, a déclaré M. Mobius.

Selon l’investisseur, les entreprises qui réalisent des bénéfices importants et qui disposent de bonnes marges s’en sortiront toujours bien dans un contexte de hausse des taux d’intérêt. Il a ajouté que l’Inde et Taiwan sont ses deux marchés préférés.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20