L’inflation s’accélère en Turquie : les denrées alimentaires sont 29 % plus chères en un an

Le bureau des statistiques Turkstat a publié la semaine dernière des chiffres stupéfiants sur l’inflation en Turquie. L’indice des prix à la consommation, l’indicateur le plus important du coût de la vie quotidienne, a augmenté de 19,25 % par rapport à l’année précédente.

Les aliments et les boissons non alcoolisées sont même devenus 29 % plus chers en un an. Pour de nombreuses familles turques, la vie quotidienne est devenue beaucoup plus chère.

La Turquie est aux prises avec une inflation supérieure à 10 % depuis environ quatre ans maintenant. Mais une hausse du niveau général des prix de près de 20 % reste inhabituelle.

Augmentation des prix en Turquie (août 2021 par rapport à l’année précédente)

Source : Turkstat

Les observateurs considèrent que la politique économique du président Tayyip Erdogan en est la cause principale. Il préfère une croissance économique élevée – 9 % cette année selon les prévisions – et considère la lutte contre l’inflation comme une question secondaire.

Augmenter ou diminuer les taux d’intérêt ?

La banque centrale turque est entre deux feux. Le taux de base est actuellement de 19 %. Avec le taux d’inflation actuel, le taux d’intérêt réel en Turquie, le taux d’intérêt moins l’inflation, est devenu négatif. La banque centrale a déjà dit qu’elle souhaitait maintenir des taux d’intérêt réels positifs.

Mais d’un autre côté, il y a une forte pression du président Erdogan. Selon lui, le taux d’intérêt élevé est l’une des causes de la forte inflation et doit être réduit de toute urgence. Ce faisant, le Président va complètement à l’encontre de la théorie économique dominante, selon laquelle il ne s’agit pas de réduire les taux d’intérêt, mais de les augmenter afin de juguler l’inflation.

Il n’y a pas de banque centrale qui fonctionne indépendamment de la politique en Turquie. Dans un passé récent, Erdogan a déjà licencié le plus haut responsable de la banque centrale de Turquie trois fois en deux ans parce qu’ils ne suivaient pas ses instructions. Il n’est donc pas surprenant que le gouverneur actuel, Şahap Kavcıoğlu, ait récemment fait allusion à une baisse des taux d’intérêt plutôt qu’à une hausse que la plupart des économistes estiment nécessaire.

Prévisions optimistes

Que nous réserve l’avenir ? Selon les nouvelles prévisions du gouvernement, l’inflation tombera à 16,2 % d’ici la fin de l’année et à 9,8 % d’ici la fin de 2022, en dessous de la barrière psychologique de 10 %.

Mais les économistes se demandent si cela est réaliste, si la banque centrale d’Erdogan n’est pas autorisée à mettre en œuvre des politiques de resserrement monétaire. Il existe également la menace d’une spirale auto-alimentée, les entreprises exigeant des prix plus élevés en prévision de l’inflation future. Tout cela menace de faire pression sur la lire turque (1 euro vaut actuellement 9,84 lires).

Chez nous :

Plus
Lire plus...
Marchés