Marchés:
Chargement en cours…

JEUDI 24 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

La prise de pouvoir chinoise dans le sud de l’Europe: “Si l’UE n’investit pas, nous le ferons”

Logo Business AM
Politique

10/12/2018 | Dominique Dewitte | 4 min de lecture

La Chine et le Portugal ont signé discrètement plusieurs accords commerciaux la semaine dernière qui montrent comment les Chinois se concentrent sur les plus petits pays de l’UE pour accroître leur influence au sein du marché unique.

Le dirigeant chinois Xi Jinping est parti au Portugal pour une visite d’Etat après le G20 à Buenos Aires. En passant, il en a profité pour signer un certain nombre d’accords d’investissement . 

Les estimations sur la valeur totale des investissements chinois vont de 6 à 12 milliards d’euros. L’argent coule généralement dans les secteurs financier et énergétique. Le port portugais de Sines sera également développé dans le cadre du « One Belt, One Road », le plan de grande infrastructure des Chinois.

Encore ‘One Belt, One Road’

La Chine souhaite construire un réseau de routes, de ports, de chemins de fer et de projets énergétiques d’une valeur supérieure à 1 000 milliards de dollars. Toutes ces infrastructures doivent permettre à la Chine de mieux se connecter au reste du monde. Le projet a été baptisé ‘One Belt, One Road’, mais les Chinois eux-mêmes s’y réfèrent en évoquant une ‘Nouvelle route de la soie’.

Le projet vise à connecter directement 65 % de la population mondiale et un quart du PIB mondial à la Chine, a  calculé McKinsey. Si le projet est réalisé tel qu’il a été conçu, une grande partie du commerce mondial sera liée à la stratégie économique chinoise.

La Chine fait ainsi du Portugal l’un de ses plus importants partenaires commerciaux dans l’Union européenne, avec une stratégie visant clairement à acquérir une influence financière, économique et politique. Le Premier ministre portugais Marcelo Rebelo de Sousa ne voit aucune raison de s’inquiéter des investissements chinois. 

L’accent mis sur les petits pays et les pays pauvres de l’UE

Cependant, il apparaît clairement que la Chine approche systématiquement les petits États européens pauvres avec des projets d’investissements. Un plan qui s’inscrit parfaitement dans la stratégie à long terme de Beijing pour convertir le pouvoir économique en pouvoir politique. Auparavant, elle avait déjà appliqué cette stratégie à Chypre et en Grèce. Par exemple, la Chine considère Chypre comme une passerelle intéressante offrant un accès à l’Union européenne, tandis que l’île peut également offrir un certain nombre d’avantages importants sur le plan géopolitique. On peut également se référer aux lourds investissements du groupe chinois Cosco dans le port grec du Pirée. 

L’UE peut désormais ralentir les investissements chinois

Cela a conduit les parlements nationaux et euro il le 20 Novembre derniers membres de mettre en place un cadre juridique permettant de stopper des investissements étrangers (FDI) dans les pays de l’UE lorsqu’ils posent un risque pour la sécurité du bloc. Le nom de la Chine a été mentionné une nouvelle fois.

Le fait est que l’UE aurait moins à s’en soucier si elle investissait davantage dans le sud de l’Europe.


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    31.774.394
  • Nombre
    de décès
    975.040
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    106.887
  • Nombre
    de décès
    9.959
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour