La première rencontre diplomatique USA/Chine à Pékin sous Biden a tourné au règlement de compte

Ce lundi, Wendy Sherman, la secrétaire d’Etat adjointe américaine, a rencontré son homologue chinois Xie Feng à Pékin. Cette première visite en Chine d’une haute responsable de la diplomatie des Etats-Unis de Joe Biden ne s’est pas bien passée du tout. M. Xie n’y est pas allé par quatre chemins: la Chine est toujours en colère.

La visite de Mme Sherman à Pékin avait pour but de relancer les relations entre les deux pays, gravement affectées par le mandat de Donald Trump à la tête des Etats-Unis. Droits de l’homme, cybersécurité, technologie: les sujets de dissension sont nombreux.

A en croire les organes officiels chinois, ce sommet n’a pas permis de réchauffer les relations, bien au contraire. Xie Feng, vice-ministre chinois des Affaires étrangères, a bien fait comprendre que la Chine n’avait pas l’intention de faire le premier pas. On peut même dire qu’il a réglé ses comptes avec Washington.

La Chine demande aux USA de changer leur « politique dangereuse »

D’après un communiqué publié par la diplomatie chinoise, M. Xie a dit à Mme Sherman que les Etats-Unis étaient les seuls responsables de la détérioration de leurs relations. Et d’après lui, le début de mandat de Joe Biden n’est guère meilleur. Il estime que Washington « diabolise » Pékin, en qui ils voient un « ennemi imaginaire ».

Le haut responsable de la diplomatie chinoise a indiqué que les relations bilatérales étaient dans une « impasse » et a appelé les États-Unis à changer « leur mentalité très malavisée et leur politique dangereuse ».

M. Xie a également déclaré que la Chine souhaitait rechercher un terrain d’entente tout en mettant de côté les différences… soulignant là, selon lui, une grosse divergence avec l’approche américaine.

Il est vrai que l’administration Biden a déclaré qu’elle coopérerait dans des domaines tels que le climat, mais qu’elle confronterait la Chine dans d’autres, comme les droits de l’homme. Là où les Etats-Unis qualifient la relation par les mots « confrontation, concurrence et coopération », M. Xie a plutôt vu « un accent mis en fait sur la confrontation, tandis que la coopération n’est que de l’opportunisme et la concurrence un piège ».

Vers un sommet Joe Biden-Xi Jinping

Il faut dire que Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, avait annoncé la couleur de la discussion plus tôt ce samedi lors d’une interview à la chaîne de télévision chinoise Phoenix.

« La Chine n’acceptera jamais un pays qui prétend être supérieur aux autres. Si les États-Unis n’ont pas appris à traiter les autres pays de manière égale, la Chine et la communauté internationale ont la responsabilité d’aider les États-Unis à apprendre à le faire », avait-il asséné.

M. Wang a lui aussi eu l’occasion d’échanger avec Mme Sherman. Le contenu de leur conversation n’a pas été révélé, mais on imagine qu’il a été du même tonneau que celle avec M. Xie.

De leur côté, les Etats-Unis n’ont pas encore expliqué ce qu’ils avaient retiré de ce sommet. Dans le même temps, il semble qu’une rencontre entre Joe Biden et Xi Jinping soit en train de se préciser. Elle pourrait se tenir en marge du sommet du G20, qui aura lieu fin octobre à Rome.

Pour rappel, le premier sommet diplomatiquee USA/Chine de l’ère Biden s’était tenu en mars dernier à Anchorage (Alaska). Il avait réuni, côté américain le secrétaire d’Etat Antony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, et, côté chinois, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le diplomate chinois chevronné Yang Jiechi. Là aussi, cela s’était relativement mal passé.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés