Biden met en place une taksforce qui doit élaborer une stratégie militaire contre la Chine

Joe Biden a présenté sa ligne de conduite en matière de politique étrangère – Isopix

Le président Joe Biden a annoncé mercredi la création d’un groupe de travail du Pentagone. Il sera chargé d’élaborer une politique globale face à la Chine, mais aussi de réfléchir au déploiement des forces américaines dans le monde entier.

Le président américain a annoncé la création de cette taskforce lors d’une visite au Pentagone mercredi. Le groupe de travail, composé de 15 personnes, devrait formuler une série de recommandations d’ici quatre mois au ministre de la Défense Lloyd Austin. Il sera dirigé par Ely Ratner, spécialiste de la Chine et fonctionnaire du Pentagone.

‘Ce groupe de travail va travailler vite pour (…) nous permettre de décider une direction ferme sur les questions liées à la Chine’, a déclaré M. Biden au cours de sa première visite au Pentagone.

‘Cela va nécessiter un effort de l’ensemble du gouvernement, une coopération entre les deux partis au Congrès et des alliances et partenariats solides’, a ajouté M. Biden. ‘C’est comme ça que nous pourrons répondre aux défis que pose la Chine’.

L’objectif est de déterminer la posture militaire nécessaire dans le Pacifique pour contrer les ambitions territoriales de Pékin, développer la coopération avec les alliés, mais aussi déterminer le genre de relations que les États-Unis souhaitent avoir avec l’armée chinoise ou encore le genre d’armement à développer ou pas.

Le nouveau gouvernement américain a déjà envoyé plusieurs avertissements à la Chine sur son expansionnisme en mer de Chine.

L’ordre après le chaos

Joe Biden a ainsi rappelé le mois dernier au Premier ministre japonais Yoshihide Suga ‘l’engagement indéfectible’ des États-Unis à protéger le Japon, y compris l’archipel inhabité des Senkaku, appelé Diaoyu en chinois et revendiqué par Pékin.

Le nouveau chef du Pentagone, Lloyd Austin, a estimé que la Chine était le ‘problème le plus difficile (…) et le plus complexe’ des États-Unis, car Washington veut dissuader Pékin militairement, mais coopérer avec la Chine économiquement.

Une annonce qui intervient alors que la nouvelle administration de Joe Biden travaille sur les lignes directrices de sa politique . Sous la présidence de Donald Trump, les relations entre les États-Unis et la Chine ont atteint leur point le plus bas depuis l’établissement des relations diplomatiques il y a quatre décennies.

Trump a adopté une position agressive envers la Chine sur plusieurs points, en allant de ses pratiques commerciales aux préoccupations concernant le cyber-espionnage et son activité dans la mer de Chine méridionale.

La répression

Mercredi, le président américain Joe Biden s’est aussi entretenu pour la première fois, avec son homologue chinois Xi Jinping, exprimant son inquiétude sur la situation à Hong Kong et sur le sort réservé à la minorité musulmane ouïghoure.

Lors de cet appel, qui intervient trois semaines après son arrivée au pouvoir, Joe Biden a exprimé ses « profondes inquiétudes » concernant les pratiques économiques « injustes et coercitives » de Pékin, la répression à Hong Kong et les ‘violations des droits humains’ dans le Xinjiang, selon un compte-rendu de la Maison Blanche.