La Finlande va dépenser la moitié de ses aides du Plan de relance européen pour sa transition verte

La Première ministre finlandaise, Sanna Marin. (Xinhua/Zhang Cheng)

La Finlande a décidé de la façon dont elle allait utiliser l’enveloppe qui lui sera allouée dans le cadre du Plan de relance européen. L’UE a demandé aux Etats membres de placer l’écologie parmi ses priorités: Helsinki n’a pas fait dans la demi-mesure.

Afin de rebooster l’économie suite à la crise causée par la pandémie de coronavirus, l’UE a mis en place un Plan de relance, NextGenerationEU, d’une valeur de 750 milliards d’euros. La pièce maîtresse du programme se nomme le programme pour la Facilité pour la reprise et la résilience, mettant à disposition 672,5 milliards sous forme de prêts et de subventions aux Etats membres. La Finlande devrait en recevoir 2,1 milliards. Si l’on y ajoute les autres initiatives renforçant ce plan (REACT-UE, fonds pour une transition juste, fonds européen agricole pour le développement rural), le pays nordique obtiendra une enveloppe totale de 2,9 milliards d’euros grâce au Plan de relance.

Réduire chaque année ses émissions de CO2 de 6%

D’après un plan présenté cette semaine par son gouvernement, la Finlande utilisera la moitié de l’argent reçu via le programme ‘Facilité pour la reprise et la résilience’ à sa transition verte. 820 millions d’euros y seront directement alloués. En incluant d’autres mesures, qui contribueront également à cette idée de façon indirecte, ce sont 1.040 millions d’euros qui seront utilisés par la Finlande pour se verdir.

La Finlande a l’intention de diminuer chaque année de 6% ses émissions annuelles de dioxyde de carbone. Ce qui signifie une réduction annuelle de 3 millions de tonnes de CO2. Parmi ses principaux projets, la Finlande veut maximiser la présence des voitures électriques sur ses routes, grâce à la fiscalité et à des investissements dans les infrastructures. Côté énergie, le gouvernement finlandais veut absolument miser sur les énergies éolienne et solaire, ainsi que sur les biocarburants, indique Euractiv.

‘La transition verte permettra de créer de nouvelles technologies pour accélérer l’abandon des énergies fossiles. De nouveaux emplois seront créés dans tout le pays, remplaçant les emplois perdus en raison des changements structurels. De nouvelles compétences verront également le jour et renforceront la compétitivité de l’industrie exportatrice finlandaise. Des fonds supplémentaires permettront de développer les compétences nécessaires, en soutenant l’éducation, la formation et la recherche, ce qui ouvrira de nouvelles possibilités d’études’, précise le gouvernement sur son site.

La ministre de l’environnement et du changement climatique, Krista Mikkonen, a salué ce programme comme étant ‘le plus grand investissement climatique de l’histoire du pays et un gigantesque bond en avant’.

6G et IA

En dehors de la transition verte, la Finlande utilisera en grande partie les aides européennes pour accélérer sa transition numérique, comme le préconise l’UE. Environ un quart (540 millions d’euros) de l’argent du programme ‘Facilité pour la reprise et la résilience’ sera dépensé dans cette optique.

Le gouvernement prévoit que cette digitalisation accélérera la productivité et rendra les services plus accessibles à tous. Les fonds seront utilisés pour rendre les transports plus efficaces, assurer des connexions internet plus rapides (notamment dans les régions reculées) et développer la 6G et l’intelligence artificielle.

Enfin, le reste de l’argent reçu via le Plan de relance sera alloué à ‘l’emploi et aux compétences’, ce qui est pleinement lié aux transitions verte et numérique, ainsi qu’à ‘la santé et aux services sociaux’, ce qui devrait améliorer l’accès aux soins.

Rien qu’entre 2021 et 2023, le programme ‘Facilité pour la reprise et la résilience’ permettra à la Finlande d’augmenter son PIB de 0,5%, estime son gouvernement. Une fois approuvé par le gouvernement et le parlement finlandais, le plan sera soumis à l’UE. Le feu vert final sera donné par le Conseil de l’UE, qui se chargera de l’approuver au cours de l’été.

En savoir plus :