La Fed ouvertement divisée face au lancement du dollar numérique

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, a inauguré cette semaine un centre d’innovation à New York pour étudier le lancement éventuel d’un dollar numérique. Mais tout le monde au sein de la banque centrale américaine n’est pas convaincu par l’idée qu’une telle nouvelle forme de monnaie numérique soit vraiment nécessaire.

Le New York Innovation Center est une initiative de la Fed de New York, le plus important acteur monétaire en raison de ses liens avec Wall Street, en collaboration avec le pôle d’innovation de la Banque des règlements internationaux (BRI).

L’objectif est de « valider, concevoir et lancer de nouveaux produits et services dans le domaine des technologies financières pour la communauté des banques centrales ». Dans son discours d’ouverture (virtuel), le président de la Fed a fait allusion à un type d’innovation aux conséquences potentiellement lourdes : les CBDC, ou monnaies numériques des banques centrales .

Ce sont des pièces de type crypto que les banques centrales pourraient émettre et distribuer directement aux citoyens. Les banques commerciales ne joueraient en retour aucun rôle ou seulement un rôle limité. Presque toutes les grandes banques centrales du monde l’expérimentent, obnubilées par la percée du bitcoin and co. Parmi les grandes puissances, la Chine est clairement la plus en avance avec son yuan numérique ou e-CNY .

« Le partenariat avec la BRI soutiendra notre analyse des monnaies numériques, y compris les CBDC, et nous aidera à améliorer notre système de paiement actuel, en mettant particulièrement l’accent sur des paiements transfrontaliers plus rapides et moins chers. Cela nous fournira également de nouveaux outils pour soutenir notre surveillance du système financier », a déclaré Powell.

« Pas nécessaire »

Sa mention explicite des CBDC intervient quelques jours seulement après que l’un de ses cinq collègues membres du conseil d’administration de la Fed, le gouverneur Christopher Waller, a réitéré qu’il n’était pas en faveur d’un dollar numérique. Selon Waller, cela n’est pas nécessaire et une telle initiative publique peut entraver l’innovation privée.

« Mon scepticisme quant à la nécessité d’une CBDC découle en partie de l’innovation réelle et rapide qui a lieu dans les paiements. Mon argument – aussi simple que cela puisse paraître – est que l’innovation en matière de paiement, et la concurrence qu’elle apporte, est bonne pour les consommateurs », a-t-il déclaré dans un discours.

« Le marché et le public nous disent qu’il y a place à amélioration dans le système de paiement américain. Nous devons prendre ce message à cœur et fournir un moyen sûr et sain pour que ces améliorations se produisent. »

En l’absence de consensus, le banquier central américain reste pour l’instant sur le terrain , malgré les déclarations précédentes sur un lancement rapide de certains tests.

« Débat sain »

« Au printemps, Powell avait déclaré que la Fed publierait bientôt des recherches sur un dollar numérique. Il n’y a toujours pas de document de recherche en vue », écrit l’économiste d’ING Teunis Brosens à ce sujet. « Vous pourriez vous moquer du fait que le conseil d’administration de la Fed soit ouvertement divisé. Je préfère les féliciter. »

La division est une bonne chose, dit-il, car elle déclenche un débat fondamental, notamment sur le rôle du secteur public par rapport au secteur privé dans l’apport d’argent.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20