La dette publique de la zone euro repasse sous la barre des 100% du PIB

La dette publique combinée des pays de la zone euro est tombée à 98,3% du produit intérieur brut (PIB) au 2e trimestre 2021. C’est ce que montrent vendredi les chiffres de l’office européen de statistiques Eurostat. Cela représente une baisse de 1,7 point de pourcentage par rapport au premier trimestre. Le déficit budgétaire de la zone euro s’est également légèrement réduit, passant de 7,1% du PIB au premier trimestre à 6,9% au deuxième.

Sous l’effet de la crise du coronavirus, la dette publique globale n’a cessé d’augmenter au cours des derniers trimestres. Au premier trimestre de 2020, elle était encore de 86,1% du PIB, un chiffre qui est passé à 100% du PIB au premier trimestre de 2021. Aujourd’hui, cependant, un revirement semble être en cours, Eurostat calculant la dette totale à 98,3% du PIB à la fin du deuxième trimestre de 2021.

La Belgique, malgré une baisse de 3,2 points de pourcentage, reste l’un des plus mauvais élèves de la classe, avec une dette publique totale de 113,7% du PIB. Cependant, elle reste loin de la Grèce, qui a une dette publique de 207,2%.

La dette publique de l’Union européenne dans son ensemble (27 pays) s’est établie à 90,9% après le deuxième trimestre, contre 92,4% un trimestre plus tôt.

En termes de déficit budgétaire, la situation des pays de la zone euro s’est également légèrement améliorée par rapport au premier trimestre: le déficit est passé de 7,1% du PIB au premier trimestre à 6,9% au deuxième. Pour l’ensemble de l’Union européenne, le déficit après le deuxième trimestre était de 6,3%, contre 6,6% au premier trimestre.

Pour la Belgique, le déficit budgétaire est passé de 4,8% à 6% du PIB au deuxième trimestre. Selon la Banque nationale de Belgique (BNB), c’est principalement dû au fait que les recettes ont diminué, tandis que les dépenses ont encore augmenté en raison de la crise sanitaire.

Plus
My following

Wall Street à nouveau sous pression en raison des craintes liées au virus

30/11/2021 14:04

(ABM FN) Lundi, les bourses américaines ont pu se remettre partiellement des inquiétudes liées au coronavirus qui ont fait surface avant le week-end, mais mardi, la peur du virus semble être complètement revenue. A l'approche de la cloche d'ouverture à New York, les contrats à terme sur le S&P 500 sont en baisse de près d'un pour cent.

Selon Naeem Aslam, analyste de marché chez AvaTrade, les investisseurs se trouvent actuellement sur des montagnes russes.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20